Planète

En image : les espèces découvertes au Mékong... et déjà en danger !

ActualitéClassé sous :développement durable , botanique , zoologie

-

La région du Mékong possède une richesse extraordinaire : en moyenne une nouvelle espèce y est découverte tous les deux jours ! Une biodiversité qu'il faut protéger, comme le rappelle le WWF à quelques jours du sommet réunissant les représentants des pays de la région. Car ces nouvelles espèces attirent les regards... et figurent déjà au menu de quelques restaurants.

Lycodon synaptor, un serpent découvert dans la région du Mékong, comme 207 autres espèces en 2010. © Vampire

En 2010, 208 nouvelles espèces ont été découvertes autour du Mékong, dans six pays différents : Myanmar, Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande et Chine. La semaine prochaine, les représentants de ces pays se rassembleront pour discuter des futurs projets de la région. Le WWF souhaite que le vivant sous toutes ses formes soit mis au cœur de cette réunion et de ces décisions. L'ONG a donc publié un rapport vantant la biodiversité de la région, illustrée par une dizaine d'espèces découvertes en 2010.

Parmi les 208 organismes dénichés l'an dernier (rappelons que 2010 avait été déclarée Année de la biodiversité), on trouve : 

Le WWF rappelle que la région est une des plus riches de la planète, concernant la biodiversité, et que beaucoup d'espèces restent probablement à découvrir. D'ailleurs, depuis 1997, 1.376 nouvelles espèces ont été recensées par les scientifiques.

Cnemaspis psychedelica, un gecko multicolore découvert sur une île du Vietnam. © Lee Grismer

Biodiversité : des espèces pas encore décrites, déjà au menu !

Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une zone fragile, où les animaux sont très exposés au braconnage, notamment. En avril 2010 par exemple, le dernier rhinocéros de Java du Vietnam était sauvagement abattu par des braconniers voulant tirer profit de ses cornes.

En outre, le WWF s'inquiète de voir que certaines espèces pas encore recensées par les scientifiques sont déjà au menu de certains restaurants.

Amolops akhaorum, une grenouille du nord-ouest du Laos. © Bryan Stuart

Afin d'interpeller les décideurs politiques, l'ONG présente un florilège des organismes découverts récemment dans la zone. Y figure par exemple le rhinopitèque de Stryker, sans doute le plus représentatif. Ce singe a été débusqué en novembre 2010 dans le nord du Myanmar. Il a la particularité de ne pas posséder de nez, si bien qu'il est obligé de s'abriter quand il pleut, afin d'éviter que l'eau ne pénètre par ses narines.

Une femelle lézard qui n'a pas besoin de mâle

Autre étrangeté, celle du Leiolepis ngovantrii : ce lézard n'existe que sous la forme femelle. Un problème pour la reproduction ? Non, car il se multiplie par clonage (ou plus exactement, par parthénogénèse) ! Il fait également partie de ces animaux qui étaient proposés par les restaurateurs alors même qu'il n'avait pas encore été décrit par les scientifiques.

Phylloscopus calciatilis, le seul oiseau, parmi les 208 nouvelles espèces, découvert en 2010 dans la région du Mékong. © Ulf Johansson, Swedish Museum of Natural History

Et que dire de Cnemaspis psychedelica, un gecko multicolore déniché sur une île au sud du Vietnam ? Il fait partie des sept reptiles découverts en 2010 et s'ajoute aux quelque 75 espèces du genre Cnemaspis en Asie.

Mais il n'y a pas que des animaux parmi les trouvailles de 2010. Nepenthes holdenii, par exemple, est une plante carnivore de l'ouest du Cambodge, qui pousse à des altitudes comprises entre 600 et 800 mètres.

Nepenthes holdenii, une plante carnivore découverte au Cambodge. © François Mey

En présentant ces organismes hors du commun, souvent endémiques de la région du Mékong, le WWF espère bien convaincre les pays concernés d'opter pour une économie plus verte, en harmonie avec la biodiversité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi