En 2005, une équipe de chercheurs du National Center for Atmospheric Research (États-Unis) expliquait où et comment une atmosphère et des océans plus chauds entraîneraient de plus intenses précipitations. Des prédictions à relire...
Cela vous intéressera aussi

Article publié le 7 novembre 2005

Les plus fortes augmentations se produiraient sur les terresterres au niveau des tropiquestropiques. De fortes pluies et neiges surviendraient dans les parties nord-ouest et nord-est de l'Amérique du Nord, en Europe du Nord, en Asie du Nord, sur la côte est de l'Asie, en Australie du Sud-Ouest, et dans les régions sud-centrales de l'Amérique du Sud, durant le 21e siècle.

« D'après les modèles, la plupart des régions du monde vivraient des précipitationsprécipitations plus intenses, pour une tempêtetempête donnée indique Gerald Meehl. Mieux connaître les régions les plus affectées pourrait aider à mieux gérer les ressources en eau et anticiper les inondationsinondations » ajoutent les chercheurs.

L'intensité des précipitations est définie par la quantité de pluie et de neige qui tombe en une journée de tempête. Les océans et l'atmosphèreatmosphère se réchauffent à mesure que les gaz à effet de serregaz à effet de serre pénètrent cette dernière. Une surface de la mer plus chaude entraîne un accroissement de l'évaporation, tandis qu'un airair plus chaud signifie plus d'humidité. À mesure que cet air saturé d'eau se déplace des océans vers les terres, des précipitations plus importantes se déversent.

Au sud-ouest des États-Unis, des pluies plus rares mais plus intenses

Les tropiques connaîtraient l'augmentation la plus élevée de quantités de vapeur d'eau. Combinée à des changements affectant les ventsvents et la pressionpression au niveau de la mer, l'humidité supplémentaire engendrerait plus de pluies et de neiges dans les régions où l'air humide converge.

Les chercheurs font remarquer qu'en Méditerranée et au sud-ouest des États-Unis, même s'il est prévu que l'intensité des précipitations augmente, la moyenne de celles-ci diminuerait. Cette diminution serait due à de plus longues périodes de sécheressesécheresse alternant avec des périodes humides.