Un autre photo satellite d'une tempête de sable transportant de la poussière sur les îles Canaries. Crédit : Esa

Planète

Polarisées, les poussières atmosphériques influencent-elles le climat ?

ActualitéClassé sous :climatologie , Centre for Atmospheric and Instrumentation Research , CAIR

Les particules de poussières dans l'atmosphère, notamment celles issues des tempêtes de sable du Sahara, s'orientent en fonction du champ électrique ambiant. Une nouvelle découverte, fortuite, confirme des observations anciennes et une révision des modèles climatiques est sans doute nécessaire...

Les astronomes et les physiciens de l'atmosphère travaillant à l'université du Hertfordshire ne s'attendaient pas à la découverte effectuée il y a quelques années, alors qu'ils utilisaient le télescope William Herschel, sur l'île de La Palma, aux Canaries.

Ils s'étaient lancés dans l'utilisation d'un nouvel instrument, PlanetPol, sensible à la polarisation de la lumière des étoiles. Grâce à lui, il est possible d'étudier la distribution de la poussière dans le système solaire laissée par sa formation. On peut aussi s'en servir pour détecter directement des exoplanètes, plus précisément des Jupiter chauds, grâce à la lumière réfléchie sur leur atmosphère, polarisée par cette réflexion.

De par leur situation, les îles Canaries sont périodiquement sur le passage des nuages de poussières produits par les impressionnantes tempêtes de sable du Sahara et que l'on voit particulièrement bien depuis des satellites en orbite.

Cliquez pour agrandir. Une tempête de sable issue du Sahara transporte avec elle de la poussière vers les îles Canaries. Crédit : Nasa

Un résultat inattendu

Membre du Centre for Atmospheric and Instrumentation Research, CAIR, Zbigniew Joseph Ulanowski a eu la surprise de découvrir que lors des mesures de polarisations coïncidant avec l'arrivée massive des nuages de poussières au dessus du télescope, les images obtenues étaient perturbées.

Cette observation indiquait clairement que les poussières venant du Sahara étaient polarisées, en l'occurrence orientées à la verticale par les champs électriques atmosphériques. Le phénomène était totalement inattendu car jusqu'ici les chercheurs s'accordaient à penser que les particules de poussières et plus généralement tous les aérosols étaient orientés de façon aléatoire.

Or, ces particules jouent un rôle non négligeable dans les processus de transfert radiatif qui influencent le climat. Malheureusement, aucun des modèles climatiques actuels ne tient compte du fait que la poussière puisse être polarisée. Il ne faut probablement pas s'attendre à des modifications spectaculaires de notre compréhension du climat et de son évolution dans les années à venir mais l'on peut espérer un affinement des prédictions.

Ulanowski et ses collègues font le point sur leur découverte dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi