Planète

Oscillation antarctique : un réchauffement progressif depuis 150 ans ?

ActualitéClassé sous :climatologie , Réchauffement climatique , Antarctique

Des carottes glaciaires ont permis d'estimer que la température moyenne y a augmenté de 0,2 degré Celsius.

Iceberg

Malgré de récentes données indiquant un refroidissement important de l'Antarctique pendant les années 1990, de nouveaux travaux de recherche laissent penser que le continent le plus glacial du monde a subi un réchauffement progressif au cours des 150 dernières années.

Selon le communiqué de presse que l'université de Washington a diffusé le 5 septembre à ce sujet, les enregistrements météorologiques de courte durée n'avaient pas permis de déceler cette tendance au réchauffement car elle était masquée par les fortes variations de température qui ont eu lieu au XXe siècle.

Les nouveaux travaux de recherche ont été financés en grande partie par la Fondation nationale des sciences des États-Unis, ainsi que par le Comité scientifique sur la recherche dans l'Antarctique et par un centre de recherche australien (Cooperative Research Centre Program).

À l'aide de carottes glaciaires prélevées dans 5 zones différentes, des chercheurs australiens, allemands et américains ont réussi à dresser des courbes de température qui montrent que la température moyenne dans l'Antarctique a augmenté de 0,2 degré Celsius en 150 ans.

Cela peut ne pas paraître beaucoup, mais cette hausse globale comprend la baisse de température qui a été de près de 1 degré Celsius pendant les années 1990, a indiqué un chercheur de l'université de Washington, M. David Schneider, qui est le principal auteur d'un article publié le 30 août dans la revue scientifique « Geophysical Research Letters ».

Selon lui, « même si l'on tient compte du refroidissement des années 1990, on peut observer une hausse de deux dixièmes de degré depuis la moitié du XIXe siècle à la fin du XXe. »

La principale raison de ce refroidissement de l'Antarctique pendant les années 1990 tient au fait que le phénomène naturel connu sous le nom de l'oscillation antarctique a été en grande partie dans sa phase positive durant cette période. Ce phénomène est ainsi dénommé parce que la pression atmosphérique dans les latitudes de l'extrême Sud oscille aléatoirement entre une phase positive et une phase négative. Pendant la phase positive, un tourbillon de vent a lieu au-dessus de la région polaire et empêche l'air chaud de se mélanger à l'air glacial du pôle, ce qui a pour effet de garder l'Antarctique plus froid.

En général, l'oscillation antarctique passe d'une phase à l'autre presque tous les mois, mais pendant les années 1990 la phase positive a eu lieu beaucoup plus souvent que la phase négative, fait remarquer M. Schneider dans son article. Sans cette oscillation, ajoute-t-il, il est probable que l'Antarctique serait sujet au même genre de réchauffement que le reste de l'hémisphère austral.

Avant 1975, l'Antarctique semble avoir subi un réchauffement au même rythme que le reste de l'hémisphère, soit quelque 0,25 degré Celsius par siècle. Toutefois, depuis 1975, si l'on a observé un refroidissement général de l'Antarctique, le réchauffement de l'hémisphère austral a été de l'ordre d'environ 1,4 degré Celsius par siècle.

« La seconde moitié du XXe siècle a été marquée par une variabilité très grande. Les périodes de refroidissement correspondent à une oscillation antarctique très forte en phase positive. Il convient de dire cependant que nous ne comprenons pas bien la relation entre le réchauffement climatique global et l'oscillation antarctique. Néanmoins, grâce aux courbes de température de ces 200 dernières années, nous sommes convaincus qu'il existe une relation entre les changements de température dans l'hémisphère austral et dans l'Antarctique. »

Par ailleurs, M. Schneider précise que d'autres travaux de recherche semblent indiquer que la diminution de la couche d'ozone dans l'hémisphère austral maintient l'oscillation antarctique dans sa phase positive pendant de plus longues périodes.

Le fait que l'Antarctique soit le continent le plus sec du monde a compliqué l'établissement de la courbe annuelle de température pour les deux derniers siècles. Souvent il y tombe très peu de neige pendant une année donnée, même si la neige tombée pendant des milliers d'années y est préservée dans la calotte glaciaire.

Dans le cadre de ces travaux de recherche, des chercheurs ont prélevé des carottes glaciaires dans 5 zones où il tombe en général au moins 38 cm de neige par an, ce qui a fourni plus de matière brute à examiner pour chaque année. Ils ont étudié les isotopes d'oxygène et d'hydrogène se trouvant dans les carottes glaciaires afin d'établir pour la première fois les courbes de température dans l'Antarctique ces 150 dernières années.

« Nous sommes à peu près sûrs que nous avons raison, même s'il convient de mettre davantage au point certains des détails », indique M. Schneider.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi