La cathédrale romane Velha de Coimbra est grignotée par un champignon noir extrêmement résistant. © Michel Deluzarche

Planète

Ce champignon inconnu dévore une cathédrale classée à l'Unesco

ActualitéClassé sous :champignon , cathédrale Velha de Coimbra , dégradation de monument

Âgée de 800 ans, la cathédrale Velha de Coimbra au Portugal est rongée par des colonies de champignons noirs qui s'attaquent au calcaire. Cette nouvelle espèce pourrait en fait provenir de la carrière dont ont été extraites les pierres.

Achevée en 1218, la cathédrale Velha de Coimbra au Portugal est considérée comme un joyau de l'art roman. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, c'est la première cathédrale à avoir été construite dans le pays et la seule de l'époque de la Reconquête dont la structure soit restée intacte jusqu'à nos jours. Elle doit pourtant faire face aujourd'hui à une nouvelle menace microscopique : une nouvelle espèce de champignon noir qui ronge peu à peu le calcaire et détruit ses sculptures. Des chercheurs de l'université de Coimbra viennent en effet d'identifier une nouvelle famille de moisissure sur les murs de l'édifice.

La cathédrale Velha de Coimbra, au Portugal, est la seule église romane à être restée intacte depuis l’époque de la Reconquête. © João Trovão

Les moisissures noires sont connues pour leur rôle dans la dégradation des monuments historiques. Une fois colonisée, la pierre devient noire et commence à se fissurer sous l'effet des polysaccharides corrosifs produits par les champignons. À croissance extrêmement lente, ces derniers résistent à tout traitement chimique ou physique, rendant leur élimination très difficile.

Le champignon crée des fissures et dégrade le calcaire. © João Trovão

Un des organismes les plus résistants sur Terre

Certaines sculptures de la chapelle présentant des signes de détérioration, les chercheurs ont prélevé des échantillons pour mener des analyses plus avancées. Ils ont alors découvert que la moisissure n'appartenait à rien de connu jusqu'ici. « Il s'agit d'une nouvelle espèce, d'un nouveau genre et d'une nouvelle famille », assure João Trovão, le principal auteur de l'étude publiée dans la revue MycoKeys. Nommé Aeminium ludgeri, ce champignon noir possède un potentiel destructeur aussi grand que ses cousins et pourrait être « un des organismes eucaryotes les plus résistants à ce jour sur Terre», avance João Trovão. « Ces micro-organismes peuvent survivre à des températures extrêmes, à un rayonnement ultraviolet élevé, à des changements osmotiques et à de graves sécheresses. Cette ténacité est un constituant de leur caractéristique physique », détaille le scientifique.

Le champignon Aeminium ludgeri appartient à une nouvelle famille de moisissure noire. © João Trovão

Tapi dans la cathédrale depuis sa construction

Aeminium ludgeri ne s'est pas retrouvé dans la chapelle par hasard. En fait, il y serait tapi dès le départ, logé à l'intérieur même de la pierre. Selon les chercheurs, le champignon serait endémique des carrières de calcaire de la région ibérique, plus précisément celles d'Ançã et de Portunhos, situées à proximité de Coimbra. Il serait donc « arrivé » dans la cathédrale lors de sa construction et du fait de sa croissance très lente, n'aurait commencé son travail de sape que récemment. Si cette hypothèse était avérée, cela fait craindre pour la pérennité d'autres monuments construits avec des pierres issues des mêmes carrières, comme plusieurs statues de vierge au Portugal et le portail de l'Hôpital royal de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. « Le transport du calcaire contaminé pourrait avoir contribué à la dispersion de cet agent destructeur », s'inquiètent les chercheurs. En attendant, les sculptures de Velha de Coimbra continuent inexorablement à se couvrir de noir et à s'effriter.

  • La cathédrale Velha de Coimbra au Portugal se couvre peu à peu de noir et se fissure.
  • Le coupable : une nouvelle espèce de champignon noir particulièrement résistante.
  • Ce champignon proviendrait de la carrière de calcaire d’où ont été extraites les pierres il y a 800 ans.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi