Cela vous intéressera aussi

Les alguesalgues n'ont pas fini de nous étonner : outre leur vertus alimentaires ou pharmaceutiques, voilà qu'elles recèlent un potentiel énergétique.

Des scientifiques de l'université de Bonn ont isolé le gènegène à l'origine de la production d'hydrogènehydrogène chez l'algue verte. Ils sont parvenus à modifier génétiquement une espèceespèce afin qu'elle double et parfois triple sa production d'hydrogène. L'hydrogène est un excellent moyen de stocker de l'énergieénergie. D'ailleurs, les algues perdent de l'énergie lorsqu'elles le synthétisent, et n'en produisent que si elles y sont forcées. En coopération avec la firme californienne Melis Energy, l'université de Bonn a mis au point un régime sans soufresoufre (entrant dans la composition de nombreuses protéinesprotéines) afin de changer le comportement des algues. Leur métabolismemétabolisme passe en mode "stockage d'énergie" : n'étant plus en mesure de synthétiser un grand nombre de protéines, elles stockent les surplus d'énergie résultant de la photosynthèsephotosynthèse sous forme d'hydrogène. Les applicationsapplications technologiques de l'algue verte sont désormais proches.
L'équipe de Bonn est parvenue à isoler le gène codant l'hydrogénase (enzymeenzyme participant au processus de fabrication d'hydrogène chez l'algue verte). Les scientifiques étudient actuellement le moyen d'isoler ces enzymes dans le but de les fixer sur des membranes artificielles : ces "batteries biochimiques" permettraient la production d'hydrogène à partir de la lumièrelumière du soleilsoleil. La voiturevoiture à l'eau de mer pointe ses roues...