Le sulfure d’hydrogène s’échappant des algues en décomposition est mortel pour l’homme. Quelques recommandations de l’Anses s’imposent pour ne pas se laisser piéger sur les plages bretonnes.
Cela vous intéressera aussi

Comment se protéger des alguesalgues vertes qui « polluent » certaines parties du littoral breton ? La toute nouvelle Agence nationale chargée de la Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses) vient de publier ses premières recommandations sur le sujet. Elles concernent principalement les travailleurs en charge du ramassage. Mais pas seulement.

L'Agence confirme la toxicité du sulfure d’hydrogène (H2S) qui se dégage des algues lorsque celles-ci entrent en phase de décomposition. « La gravitégravité de l'intoxication dépend plus de la concentration que de la duréedurée d'exposition », rapporte-t-elle.

L'AnsesAnses relève également que « pour des expositions chroniques à des niveaux proches des valeurs limites établies pour les travailleurs, l'existence d'effets sur la santé est controversé ». Des travaux ont notamment mis en évidence des irritations des voies respiratoires et encore des troubles neuropsychiatriques. « Mais les études disponibles ne permettent pas de tirer de conclusions définitives ».

Fuir les odeurs d’œuf pourri

Aux promeneurs : fuyez son odeur d’œuf pourri. D'une manière générale, « la présence de dépôt d'algues sur les plages doit être signalée par des panneaux d'information avertissant les promeneurs d'un danger et les dissuadant de pénétrer ces zones dangereuses. (...) Quant aux chantiers (de ramassage), ils doivent être balisés pour tenir le public éloigné ».

Aux travailleurs : des appareils de protection respiratoires à disposition. L'Anses rappelle que « les algues doivent être ramassées fraîches, c'est-à-dire dans les 24 voire les 36 heures succédant l'échouage ». Passé ce délai, les experts préconisent d'équiper les conducteurs d'engins d'un détecteur de sulfure d'hydrogènesulfure d'hydrogène et d'un appareil de protection respiratoire. Ces derniers ne devront toutefois pas être portés en permanence. Seulement « lorsque le taux d'H2S dépasse le niveau d'alarme de 10 ppmppm (soit 14 milligrammes par mètre cube) ».

Rappelons que 40 000 à 70 000 mètres cube d'algues vertes s'échouent chaque année sur les plages du littoral breton, principalement des Côtes d'Armor et du Finistère. Un an après la venue du Premier ministre François Fillon à Saint-Michel-en-Grève (Côtes d'Armor), ces recommandations étaient particulièrement attendues. Et pour cause, la prolifération des algues vertes atteint généralement un pic à la... mi-juillet !

Pour aller plus loin : Lire les recommandations complètes de l'Anses relatives aux recommandations de prévention des risques liés aux algues vertes pour la santé des populations avoisinantes, des promeneurs et des travailleurs.