L'algue verte pourrait être une source d'énergie.
A l'heure où l'on parle d'énergie renouvelable et où il semble que les solutions s'amenuisent, un espoir survient du fonds des mers.
Cela vous intéressera aussi

Des travaux menés par des chercheurs de l'Université de Bonn ont permis d'isoler le gènegène de l'alguealgue verte responsable de la production d'hydrogène.

Cet hydrogènehydrogène représente dans le monde vivant une forme de stockage de l'énergie. Les algues ne le produisent que dans certaines conditions : lorsque leur métabolisme est perturbé par l'absence d'un constituant de base tel que le soufresoufre par exemple.
Ne pouvant plus synthétiser de protéinesprotéines sans soufre, les algues s'organisent en mode de stockage et produisent de l'hydrogène à partir de l'énergieénergie issue de la photosynthèsephotosynthèse.

Le travail original des chercheurs de l'Université de Bonn collaborant avec l'entreprise californienne Melis Energy a été de mettre au point un milieu de culture sans soufre forçant ainsi les algues à produire de l'hydrogène.
Ces scientifiques ont également réussi à modifier le gène identifié pour doubler la production d'énergie stockée. Les travaux en cours ont pour but d'isoler les enzymesenzymes responsables de la production d'hydrogène par les algues vertes (les hydrogénases) pour tenter de les fixer sur des membranes synthétiques qui deviendraient de véritables «batteries biochimiques ».

Voici après l'alimentation et l'utilisation médicale une nouvelle vocation pour ces végétaux dits inférieurs !

Claire Grolleau