Appelée alguealgue tueuse, pestepeste verte, fleur du mal, serpent des mers, Alien des mers, algue fatale, assassine, ravageuse, cancercancer ou sidasida des mers... Caulerpa taxifolia, c'est elle dont il s'agit, n'arrête pas de défrayer la chronique depuis sa découverte en 1984, au pied du rocher de la Principauté de Monaco.

<em>Caulerpa taxifolia</em>, l'algue tueuse. © Kyle Demes, Smithsonian Institute - CC BY-NC 3.0

Caulerpa taxifolia, l'algue tueuse. © Kyle Demes, Smithsonian Institute - CC BY-NC 3.0

De l'anonymat le plus complet, elle est passée au statut d'algue la plus étudiée au monde. On compte à ce jour plus de 400 publications scientifiques, faites par 30 organismes de recherche espagnols, français, italiens, croates, japonais suisses, américains et plus de 200 chercheurs participent au suivi de son expansion et à l'étude sur les conséquences du phénomène biologique que représente son évolution.

Fonds complètement envahis, Anse des Fosses, Saint Jean Cap Ferrat. © A. Meinesz - DR

Fonds complètement envahis, Anse des Fosses, Saint Jean Cap Ferrat. © A. Meinesz - DR

Ce dossier tente de comprendre comment Caulerpa taxifolia a pu s'introduire et envahir la Méditerranée, d'évaluer l'impact de cette algue sur la biodiversitébiodiversité et les moyens de lutte.