Lorsqu’elles naissent, les chauves-souris connaissent déjà quelle est la vitesse du son dans l’air, affirment des chercheurs de l’université de Tel-Aviv (Israël). Et tout au long de leur vie, elles mesurent les distances… en temps. © JAH, Adobe Stock
Planète

Les chauves-souris ne mesurent pas les distances comme nous

ActualitéClassé sous :animaux , Chauve-souris , écholocation

[EN VIDÉO] L'étonnante langue de la chauve-souris  Lorsque la chauve-souris glossophage de Pallas s’approche d’une fleur, l’afflux sanguin des papilles à la surface de sa langue augmente. Elle s’allonge ensuite rapidement et permet à l’animal de boire le nectar avec une vitesse et une précision sans commune mesure. Découvrez en vidéo cet étonnant phénomène. 

Récemment, on a beaucoup parlé d'elles comme porteuses de coronavirus. Mais aujourd'hui, les chauves-souris font leur retour sur le devant de la scène pour une raison plus surprenante. Selon des chercheurs, ces petits animaux se font une idée de l'espace totalement différente de la nôtre. Une idée basée sur des mesures... de temps !

Pour évaluer la composition de leur environnement, les chauves-souris s'appuient sur un système de sonar. Elles émettent des ondes sonores et, en fonction du temps que celles-ci mettent pour revenir à elles, elles estiment la position des objets qui les entourent. La difficulté, c'est que ce système repose sur un prérequis : connaître la vitesse du son.

Dans l'espoir de comprendre comment les chauves-souris acquièrent cette connaissance particulière, des chercheurs de l’université de Tel-Aviv (Israël) ont mené des expériences dans une atmosphère contrôlée. Lorsqu'elle était enrichie en hélium -- de quoi augmenter la vitesse du son --, les chauves-souris ont systématiquement perçu leur cible comme étant plus proche qu'en réalité.

La vitesse du son comme connaissance innée

Par systématiquement, comprenez également que le travers est aussi bien apparu chez des chauves-souris adultes qui avaient grandi dans une atmosphère classique que chez des chauves-souris élevées dans cette atmosphère modifiée. La connaissance de la vitesse du son dans l'air semble donc innée chez la chauve-souris. Peut-être un choix évolutif permettant à ces petits animaux de voler et de chasser plus rapidement.

Au-delà de cette conclusion, les chercheurs soulignent que la perception spatiale des chauves-souris semble basée directement sur des mesures de temps. Non de distance. Ainsi, ces petits animaux percevraient un insecte comme étant à un intervalle temporel de neuf millisecondes et non réellement à une distance d'un demi-mètre. Une perception spatiale étonnante et surtout, fondamentalement différente de la nôtre et de celle des autres animaux qui s'orientent grâce à un système de sonar.

---

Le rendez-vous audio de l'intelligence animale ! À retrouver toutes les deux semaines.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !