En cas de contamination, la chauve-souris vampire s'isole. © belizar, Adobe Stock
Planète

Les chauves-souris vampires pratiquent la distanciation sociale

ActualitéClassé sous :Biodiversité , Chauve-souris , chauve-souris

En cas de pandémie, rien de tel que la distanciation sociale pour contenir un virus. Même les chauves-souris vampires le savent, ainsi que le démontre une nouvelle étude.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'étonnante langue de la chauve-souris  Lorsque la chauve-souris glossophage de Pallas s’approche d’une fleur, l’afflux sanguin des papilles à la surface de sa langue augmente. Elle s’allonge ensuite rapidement et permet à l’animal de boire le nectar avec une vitesse et une précision sans commune mesure. Découvrez en vidéo cet étonnant phénomène. 

Si la notion de distanciation sociale pouvait sembler étrangère à certains d'entre nous jusqu'à présent, l'année 2020 s'est bien assurée d'ancrer cette expression dans nos têtes. En temps de pandémie, elle reste le meilleur moyen de limiter la propagation du virus et de se protéger ainsi que ceux autour de soi. Mais bien que certains d'entre nous n'en apprennent les ficelles qu'aujourd'hui, dans la nature, elle est une habitude déjà bien ancrée. Les fourmis contaminées s'éloignent de la colonie, les abeilles et les chimpanzés chassent les membres malades. Même les chauves-souris vampires, pourtant immunes à bien des maladies, ont acquis ce réflexe salvateur.

Distanciation sociale chez les chauves-souris

Un comportement déjà étudié en laboratoire a désormais pu être observé à l'état naturel par les chercheurs : lorsqu'une maladie se répand parmi les individus d'une colonie de chauves-souris vampires, celles-ci changent de comportement social. À Belize, l'équipe a capturé 31 chauves-souris femelles dont une partie s'est vu injecter une molécule baptisée lipopolysaccharide, destinée à affaiblir leur système immunitaire. Équipées de balises, celles-ci ont ensuite été relâchées dans leur habitat. C'est alors que les chercheurs ont pu observer le phénomène en action.

Pas bête, la chauve-souris vampire ! © Wikimedia Commons

Les chauves-souris « malades » (ou du moins présentant un déficit immunitaire) interagissaient avec moins d'individus que les chauves-souris « saines », veillant à éviter particulièrement les individus non malades de manière directe et indirecte. Durant les six heures d'efficacité du traitement, les sujets contrôles s'associaient plus souvent avec d'autres individus du même groupe qu'avec les chauves-souris affaiblies. Ces différences ont disparu progressivement lorsque les effets du traitement ont commencé à disparaître. Ils étaient également moins notables lorsque les chauves-souris dormaient ou chassaient hors du nid.

Une nouvelle méthode d'observation

« Les capteurs nous ont ouvert une nouvelle fenêtre fascinante sur la manière dont le comportement social de ces chauves-souris change d'heure en heure, et même de minute en minute au cours du jour et de la nuit, même lorsqu'elles sont cachées dans l'obscurité d'un arbre creux », s'enthousiasme Simon Ripperger, auteur principal de l'étude parue dans la revue Behavioral Ecology. « Nous sommes passés d'une collecte quotidienne des données à une mesure qui peut désormais s'effectuer toutes les quelques secondes. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !