Planète

Pourquoi les chauves-souris transmettent-elles autant de virus ?

VidéoClassé sous :mammifère , chauve-souris , Virus

Qu'ont en commun le coronavirus du Covid-19, le Sras-Cov de 2003, le virus Ebola, celui de Marburg ou le virus Nipah ? Tous ont été à l'origine hébergés pas la chauve-souris, avant de muter et d'être transmis à l'homme. Mais comment ce petit mammifère a priori inoffensif résiste-il à ces terribles virus et comment se passe la chaîne de contamination ?

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

La chauve-souris est à l’origine de nombreuses épidémies transmises à l'homme. Le SARS-CoV-2, le coronavirus responsable de la pandémie de Covid-19, provient ainsi d'un virus de chauve-souris. Les virus du SRAS de 2003 et du MERS de 2012, le virus Ébola, le virus Nipah ou le virus de Marburg qui ont fait des milliers milliers de morts ces dernières années proviennent eux aussi de la chauve-souris. Sans compter la rage, dont l'animal est un important vecteur. Au total, plus de 60 virus ont été détectés chez la chauve-souris, un nombre bien plus élevé que chez les autres espèces animales.

Mais pourquoi ce petit animal discret et craintif héberge-t-il autant de dangereux virus ? D'abord grâce à son système immunitaire unique, qui le protège des effets délétères des virus dont il est un réservoir naturel. Cette protection serait liée à un métabolisme particulièrement actif, nécessaire à une capacité : la chauve-souris est en effet l'un des rares mammifères sachant voler ! La chauve-souris est aussi davantage susceptible de propager les virus car elle parcoure chaque jour de grandes distances. En répandant ses excréments, elle contamine des fruits et des végétaux, qui sont ensuite ingérés par d'autres espèces, comme le pangolin ou le singe. Ces derniers servent alors d'hôtes intermédiaires au virus avant son passage à l’humain. De plus, la perturbation de l’écosystème naturel des chauve-souris renforce les contacts avec la population.