Les humains ont déjà transmis des maladies infectieuses aux grands singes, dont ils sont très proches génétiquement. © PicsArt, Adobe Stock
Planète

Le coronavirus menace aussi les grands singes

ActualitéClassé sous :singe , grands singes , Coronavirus

Si la transmission de maladie de l'animal à l'Homme est connue, c'est la zoonose, l'inverse est vrai aussi. Les spécialistes des grands singes, avec lesquels nous formons une même famille phylogénétique, s'inquiètent de l'arrivée possible du Covid-19 chez ces espèces déjà fragiles.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 2/5 : La proximité génétique entre l'Homme et le singe  Il existe 95 % de similarités entre l’Homme et le chimpanzé. Le génome humain est donc très proche de celui de certains animaux. Nous avons rencontré Jean-Louis Serre, professeur de génétique, pour qu’il nous parle plus précisément des similitudes entre l’Homme et l’animal. 

Les spécialistes de la conservation et de la santé des grands singes s'inquiètent des conséquences de l'épidémie de Covid-19 sur ces espèces déjà menacées. Les bonobos, les chimpanzés, les gorilles et les orangs-outans forment avec l'Homme une superfamille phylogénétique de primates, celle des hominidés. Nous partageons près de 95 % de notre ADN avec le chimpanzé, notre plus proche cousin encore vivant.

Les scientifiques ne connaissent pas les effets que pourrait provoquer le Covid-19 chez les grands singes, car aucun cas n'a été répertorié. Mais ce qui est sûr, c'est que l'Homme peut transmettre des maladies virales aux grands singes.

L'arbre phylogénétique de l'Homme. © Bettman, Corbis

Les grands singes peuvent mourir d’infection humaine

La première transmission d'une virose de l'Homme aux singes a été confirmée scientifiquement en 2008. Cette année-là, des chimpanzés sont décédés d'une maladie respiratoire dans une réserve de Côte d'Ivoire. L'autopsie de deux d'entre eux a révélé la présence de deux souches de paramyxovirus, proches de celles circulant entre les humains.

Plus récemment, entre décembre 2016 et janvier 2017, des chimpanzés ont été infectés par un coronavirus humain, appelé OC43. Le virus n'avait provoqué que des symptômes mineurs chez les singes, comme des éternuements et de la toux.

Dans une lettre publiée dans Nature, Thomas Gillespie et Fabian Leendertz, tous les deux membres du Great Ape Health Consortium, recommandent de suspendre toute activité touristique impliquant les grands singes et de réduire les recherches de terrain pour limiter le risque de contaminer ces espèces, déjà menacées, avec le Covid-19.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !