Cette drôle d’araignée aurait appris à tisser des toiles qui lui servent d’oreille externe. Pour entendre arriver de loin aussi bien ses prédateurs que ses proies. Pas si bête… la petite bête ! © KPixMining, Adobe Stock
Planète

Bêtes de science : les araignées se servent de leur toile pour mieux entendre

ActualitéClassé sous :animaux , araignée , Intelligence

« Bêtes de science », c'est comme un recueil d'histoires. De belles histoires qui racontent le vivant dans toute sa fraîcheur. Mais aussi dans toute sa complexité. Une parenthèse pour s'émerveiller des trésors du monde. Pour ce nouvel épisode, partons à la découverte d'une petite bête pas toujours des plus appréciées : l'araignée.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment les araignées tissent-elles leurs toiles ?  Les araignées sont fascinantes. Malgré un petit cerveau, elles sont capables de comportements complexes. Comme le fait de construire une toile. Grâce à des caméras infrarouges et à l’intelligence artificielle, des chercheurs de l’université Johns Hopkins (États-Unis) sont parvenus à documenter le processus. Une sorte de danse dont il reste maintenant à préciser les règles. Et à comprendre comment elles sont orchestrées par le cerveau de l’araignée. (en anglais) © Université Johns Hopkins 

Pour vaincre sa peur, il faut savoir l'apprivoiser. C'est le conseil que m'a donné la psychologue que j'ai consultée il y a quelques années. D'apprendre à mieux connaître les araignées devait m'aider à surmonter mon archanophobie. L'arachnophobie, pour ceux qui ont le bonheur de l'ignorer, c'est la peur des araignées. Une peur irrationnelle qui est devenue vraiment pesante pour moi... lorsque j'ai emménagé toute seule. Et que j'ai décidé de prendre à bras le corps le jour où j'en suis venue à vider une bombe entière d'insecticide sur l'une de ces bébêtes qui s'était frayé un chemin jusqu'à ma baignoire !

Pour tout vous avouer, je reviens de loin. Parce que, dans le genre arachnophobe, j'en étais au stade de la véritable crise d'angoisse. Je me souviens de ce magazine que je n'ai jamais pu ouvrir. Juste parce qu'il y avait une photo d'araignée en couverture. Il a donc d'abord fallu accepter de simplement écrire le mot. Au stylo. Sur un clavier d'ordinateur. Accepter de regarder des photos d'araignées. Puis des vidéos. Des vidéos sympas, ça va sans dire. Pas ces horreurs que l'on trouve aujourd'hui sur les réseaux sociaux.

Et puis, j'ai pu apprendre à découvrir l'univers de l'araignée. Sa toile. Ses mœurs. Ses particularités physiques. Tiens d'ailleurs, saviez-vous que les araignées n'ont pas d'oreilles ? Du moins, pas au sens où... on l'entend ! Pourtant, cela ne semble pas empêcher certaines d'entre elles, non seulement de ressentir les vibrations de leurs proies lorsqu'elles se prennent dans leur toile, mais aussi, de littéralement réagir aux sons. Grâce à des récepteurs nerveux situés à même leurs pattes et qui fonctionnent un peu comme des oreilles. Captant les ondes sonores et transmettant des impulsions au cerveau de l’araignée.

Entendre arriver ses proies, mais aussi ses prédateurs

Les chercheurs pensent même aujourd'hui que les araignées -- certaines d'entre elles au moins -- ont l'ouïe fine. Elles pourraient ainsi nous entendre parler à l'autre bout d'une pièce. Même si ce qu'elles entendent ressemblerait plus à une conversation téléphonique de mauvaise qualité. Et qu'il faut bien l'avouer, rien ne dit que les araignées s'intéressent vraiment à ce que nous pouvons dire...

Là où on peut commencer à se poser la question de l'intelligence de ces petites bêtes, c'est lorsque l'on remarque qu'elles sont capables de tisser des toiles qui vont leur servir d'amplificateur de sons. Un peu comme les antennes des radiotélescopes que nous pointons vers le ciel dans l'espoir de capter un message extraterrestre.

Les araignées d'une espèce que les anglophones appellent « bridge spider » ou encore « gray cross spider » -- comprenez, « araignée pont » ou « araignée à croix grise » -- et qui vivent partout en Europe et sur une large part de l'Amérique du Nord, ont, semble-t-il, appris à tisser des toiles qui leur servent d'oreille externe. Des toiles qui pourraient se révéler être les « tympans » les plus efficaces de la nature.

Ces toiles d'araignées mesurent jusqu'à 10.000 fois la taille de leur corps. Et leurs vibrations peuvent être transmises aux capteurs nerveux -- qui ne sont autres que des sortes de petits poils -- sur les pattes de leurs architectes. Pour leur faire entendre des oiseaux ou des grillons situés à plusieurs mètres de distance. Jusqu'à pas moins de dix mètres même, imaginent les chercheurs. Reste à confirmer que les araignées sont bien capables de distinguer les sons produits par l'un et l'autre. Les sons produits par le prédateur et la proie. Mais il semblerait bien que ces petits êtres ne soient décidément... pas si bêtes !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !