L’Observatoire Paranal, situé dans le désert d’Atacama au nord du Chili, offre des conditions d’observations optimales et ultra performantes grâce au très grand télescope VLT (very large telescope). © A. Russell, ESO.

Sciences

Astronome

MétierClassé sous :Astronomie , astronome

Galilée, Kepler, Copernic... Toi aussi, ces noms t'ont fait rêver lorsque tu regardais les étoiles à travers ton télescope ? Si tu rêves de percer le secret des étoiles ou découvrir de nouvelles planètes, le métier d'astronome devrait parfaitement te convenir.
 

Chargé d'étudier l'origine et l'évolution de l'univers, ainsi que des objets et des phénomènes qui le constituent, l'astronome peut se spécialiser dans différentes branches de son métier : la mécanique céleste, l'astrométrie (qui consiste à mesurer la position des astres dans le ciel) ou encore l'astrophysique. Il étudie les corps célestes et les systèmes plus vastes en s'intéressant à leur mouvement, leur lumière, leur composition, leur histoire et leur évolution. Soleil, comètes, étoiles, matière interstellaire, galaxies, planètes, nébuleuses, supernovae... Le champ d'étude est aussi vaste que l'univers !


Pour mener à bien ses observations, il peut se déplacer sur le terrain dans le cadre de missions mais passe la majorité de son temps dans son laboratoire à analyser et interpréter les données recueillies grâce aux sondes spatiales, aux satellites, aux télescopes ou autres instruments d'observation et de mesure à sa disposition. Les observatoires sont généralement situés loin des pollutions lumineuses que constituent les villes et se positionnent dans les déserts ou à haute altitude.
Scientifique de terrain mais aussi chercheur, l'astronome publie ses recherches dans des revues spécialisées et partage ses connaissances avec l'ensemble de ses confrères au niveau international. Il participe également à des colloques et peut tenir des conférences.


L'astronome peut être principalement observateur, s'occupant alors de l'acquisition et du traitement des données. S'il est astronome théoricien, il va chercher à établir des théories ou modèles mathématiques ou physiques afin d'interpréter les données observées. L'astronome peut également participer à l'amélioration ou la création d'instruments de mesure astronomiques.
S'il est enseignant-chercheur, l'astronome donnera des cours en université.

Aujourd'hui les métiers d'astronome et d'astrophysicien tendent à se confondre.

 Les principales compétences et qualités à avoir

L'astronome requiert des compétences et qualités propres aux chercheurs :

  • maîtriser les instruments de mesures et d'observation ;
  • être aussi à l'aise en observation sur site qu'en analyse en laboratoire ;
  • savoir interpréter les résultats obtenus à l'aide de modèles issus des mathématiques, de la physique et de la chimie  ;
  • savoir émettre, confronter et vérifier des hypothèses et théories ;
  • maîtriser l'anglais ;
  • publier ses résultats de recherches et participer à des colloques internationaux ;
  • aimer le travail en équipe ;
  • assurer une veille scientifique et technologique ;
  • être organisé, passionné et avoir le sens de l'observation.
L’astronome peut exercer au sein d’un observatoire, que ce soit en France ou à l’étranger. Une des missions de l’astronome : l’observation de nuit, sur le terrain, ici à l’Observatoire du Pic du Midi. © Alain Sallez, picdumidi.org.

 Les conditions de travail d'un astronome

Sur le terrain, l'astronome ne compte pas vraiment ses heures. Il peut travailler de jour comme de nuit, sur le terrain pour réaliser ses observations ou en laboratoire pour en éplucher les fruits. C'est dans les laboratoires de physique, d'astronomie ou d'astrophysique que s'effectue l'essentiel de son travail, ceux-ci étant souvent rattachés à des observatoires. Grâce aux puissants instruments de mesures, l'astronome a accès à de nombreuses données sans avoir forcément à se déplacer. Il peut néanmoins se rendre à l'étranger dans le cadre de missions d'observation ou alors, et c'est plus courant, pour assister à des colloques ou conférences. Il faut dans ce cas avoir une bonne condition physique car les observatoires sont généralement situés en altitude ou dans des lieux reculés tels que les déserts et donc soumis à des conditions difficiles. Sachez par ailleurs qu'il y a très peu de postes d'astronomes en France. La concurrence est donc féroce et les possibilités d'emplois sont rares.

 Comment devenir astronome ?

Un bac + 8 voire + 11 est demandé pour exercer le métier d'astronome. Voici quelques diplômes possibles :

  • Master Sciences et technologies, mention astronomie, astrophysique et sciences de l'espace, spécialité astronomie et astrophysique ;
  • Master Sciences de l'univers et techniques spatiales ;
  • Master Astrophysique, sciences de l'espace et planétologie ;
  • Master Physique, option Astrophysique ;
  • Grandes écoles ou écoles d'ingénieurs spécialisées en optique ou physique ;
  • Doctorat puis postdoctorat.

Le salaire d’un astronome

Selon son statut, un astronome débutant percevra une rémunération brute comprise entre 1700 et 2500 euros.
En observatoire ou à l'université, un astronome maître de conférences gagne par exemple aux alentours des 2100 euros à ses débuts.
Au CNRS, un ingénieur débutant gagne environ 1700 euros et finit sa carrière avec un salaire brut mensuel de 4000 euros.

 Les perspectives d’évolution d’un astronome

Un astronome maître de conférences peut évoluer vers un poste de professeur des universités. Quant au chargé de recherche, il peut à terme devenir directeur de recherche. Un astronome évolue surtout grâce à la publication d'articles scientifiques et à la participation à des colloques internationaux. C'est comme ça qu'il se fait connaître et repérer.

 Entreprises qui emploient des astronomes

  • CNRS ;
  • observatoires en France et à l'étranger ;
  • universités.
     

Maman, je suis comme le capitaine Kirk et M. Spock à bord de leur vaisseau Enterprise dans Star Trek ! J'explore la Voie lactée pour découvrir de nouvelles étoiles et planètes à étudier. Mais je cherche aussi à comprendre tout le reste de l'univers et les incroyables objets qui le composent (galaxies, trous noirs, et bien d'autres), en émettant, à l'aide des données recueillies par les télescopes depuis les observatoires terrestres ou par les satellites astronomiques, de nouvelles théories.