Maison

Inertie thermique : la maison enterrée

Dossier - L'inertie thermique, clé de la maison
DossierClassé sous :Bâtiment , Maison , inertie thermique

Parent pauvre de la conception de l’habitat conventionnel, l’inertie thermique est pourtant un élément prépondérant de la gestion des ambiances thermiques intérieures. Quelle que soit la saison, elle est source de confort et d’économies d’énergie dans la maison.

  
DossiersL'inertie thermique, clé de la maison
 

N'oubliez pas que le plus grand « gisement » d'inertie thermique gratuite est... la croûte terrestre ! Découvrez comment la terre peut devenir un bon moyen de protéger l'habitat des variations de température grâce à la maison enterrée ou la toiture végétalisée.

Pour en profiter, une technique simple et efficace consiste à enterrer une partie de sa maison (les murs nord et ouest). Autre solution : isoler le pourtour des fondations (par exemple avec du liège expansé en panneau jusqu'à environ 60 cm de profondeur) et faire reposer la dalle de sol (béton de terre, chaux ou ciment) sur un hérisson de caillou lui-même posé directement sur le sol. Ainsi, le hérisson et la dalle de sol profitent de l'inertie du sous-sol.

Les maisons semi-enterrées profitent de l’inertie du sol, été comme hiver. © Shutterstock, Nanisimova

La toiture végétalisée

Enfin, si vous ne craignez pas que le sol vous tombe sur la tête, la toiture végétalisée est un excellent moyen de rajouter de l'inertie. L'épaisseur de terre (de 10 à 50 cm) constitue une importante masse qui va réagir à la manière du sous-sol terrestre : pour des épaisseurs supérieures à 40 cm, les variations de température journalières seront quasiment négligeables, seules les variations saisonnières annuelles affecteront sa température.