L'Universidad de Ingenieria y Technologia de Lima, au Pérou. © Courtesy of Iwan Baan, The Pritzker Architecture Prize
Maison

Architecture : le prix Pritzker attribué au duo Yvonne Farrell et Shelley McNamara

ActualitéClassé sous :architecture , femmes , prix Pritzker

-

Le prestigieux prix Pritzker, une distinction considérée comme le prix Nobel d'architecture, a été remis à deux femmes, les architectes irlandaises Yvonne Farrell et Shelley McNamara. Leur travail est salué par le jury qui a souligné leur « capacité à être cosmopolites tout en respectant l'unicité de chaque lieu dans lequel elles travaillent ».

Yvonne Farrell (69 ans) et Shelley McNamara (68 ans) sont le premier duo féminin récompensé par le prix Pritzker, créé en 1979. Les deux femmes ont cofondé leur cabinet, Grafton Architects, en 1978 et réalisé plusieurs bâtiments universitaires, notamment la Toulouse School of Economics ou le campus de l'Institut Mines-Télécom de Paris-Saclay.

Le duo succède au Japonais Arata Isozaki, couronné l'an dernier. La Japonaise Kazuyo Sejima avait été colauréate avec son collègue Ryue Nishizawa, en 2010, et Carme Pigem figurait parmi le trio du cabinet catalan RCR Arquitectes, récompensé en 2017, mais l'Anglo-Irakienne Zaha Hadid reste à ce jour l'unique femme à avoir reçu seule le prix Pritzker.

Yvonne Farrell et Shelley McNamara, lauréates du prix Pritzker 2020. © Courtesy of The Pritzker Architecture Prize

Une architecture qui dialogue constamment avec l'environnement

Yvonne Farrell et Shelley McNamara ont développé une architecture aérée, qui utilise des matériaux très divers, de la brique au béton, en passant par le bois. À Toulouse, pour la School of Economics, elles ont choisi la brique, intimement liée à l'histoire de la ville. À Dublin, pour les bureaux du ministère irlandais des Finances, c'est le calcaire local qui a été retenu. Certains de leurs bâtiments, à l'allure très minérale, comme l'Universidad de Ingenieria y Technologia de Lima, au Pérou (photos ci-dessus) ou la Toulouse School of Economics, rappellent Le Corbusier, même s'ils ne constituent qu'un aspect de leur travail.

Des pionnières dans un domaine historiquement dominé, jusqu'à ce jour, par les hommes

Le cabinet Grafton se veut le véhicule d'une architecture citoyenne, à l'écoute de ses futurs utilisateurs et de leur environnement. « Leurs réalisations mettent en valeur et améliorent la cité », a souligné le jury qui a salué « des pionnières dans un domaine historiquement dominé, jusqu'à ce jour, par les hommes ».

Les jurés ont aussi rendu hommage à une architecture « honnête », marquée par une attention au projet d'ensemble mais aussi aux détails, qui peuvent faire la différence, « en particulier pour des bâtiments construits avec un budget modeste ». La School of Economics de la Universita Luigi Bocconi, à Milan, achevée en 2008 est l'un de leurs projets les plus renommés. Il leur a valu le prix du bâtiment mondial de l'année au festival international d'architecture, la même année, à Barcelone.

Le campus universitaire, Lima, Pérou. © Courtesy of Iwan Baan, The Pritzker Architecture Prize

Une architecture citoyenne qui améliore la cité

« Les architectes sont des traducteurs, avait expliqué Yvonne Farrell dans une interview pour l'université espagnole IE University, en 2015. Nous traduisons les besoins des gens et leurs rêves en réalité. » 

« Nous avons souvent eu du mal à trouver un espace pour exprimer des valeurs comme l'humanisme, l'artisanat, la générosité et le lien culturel entre chaque lieu et le contexte dans lequel nous travaillons, a expliqué Shelley McNamara, citée dans le communiqué. Il est donc extrêmement gratifiant de recevoir cette reconnaissance du travail que nous avons produit sur de nombreuses années. »

Les deux architectes ont cherché à transmettre leur vision de l'architecture par l'enseignement, en donnant des cours dans plusieurs écoles, à Dublin, mais aussi en Lausanne, à Yale et à Harvard. En 2018, Yvonne Farrell et Shelley McNamara ont été conservatrices de la Biennale d'architecture de Venise.

Pour Yvonne Farrell, interviewée en 2015, avec l'accélération de l'exode rural et l'importance de plus en plus marquée des villes, « l'architecture est plus importante que jamais. L'architecture n'est pas la construction, avait-elle expliqué dans un entretien au site Dezeen, en 2018. Il s'agit de trouver les ingrédients qui font passer quelque chose de passable à une chose de valeur. »

Toulouse School of Economics. Université Toulouse 1 Capitole, à Toulouse. © Dennis Gilbert
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !