Découvrez la construction du pas de tir d'Ariane 6 en chiffres. Ici, une vue d'ensemble du massif de lancement en cours de construction. © Rémy Decourt

Sciences

Ariane 6 : la construction du pas de tir en chiffres

ActualitéClassé sous :Ariane 6 , Centre spatial guyanais , accès à l'espace

-

En Europe, la production du premier lanceur Ariane 6 a débuté. De l'autre côté du Globe, en Guyane, au Centre spatial de Kourou, c'est aussi l'effervescence : la construction du pas de tir prévu pour ce nouveau lanceur est en cours. Un chantier impressionnant à découvrir en chiffres.

  • L'Ensemble de lancement d’Ariane 6 (ELA-4) est le quatrième pas de tir construit pour Ariane, réalisé par le Cnes.
  • Sa construction doit durer quatre ans. ELA-4, avec toutes ses installations, sera livré en juillet 2019.
  • Le premier lancement d’une Ariane 6 est prévu en 2020.

Au Centre spatial guyanais (CSG), le chantier de l'Ensemble de lancement d'Ariane 6 (ELA-4) bat son plein. Ce futur pas de tir est réalisé par le Cnes, le maître d'œuvre du segment sol d'Ariane 6 dans le cadre d'une mission de conception et de réalisation confiée par l'Agence spatiale européenne (ESA).

Ce pas de tir est le neuvième construit au CSG et le quatrième pour Ariane. Il se situe à 3,5 km de l'actuel ELA‑3 d’Ariane 5, le long de la « Route de l'espace » qui mène à l'Ensemble de lancement Soyouz, 6,5 km plus loin. Ses principales structures sont le massif de lancement, le portique mobile et le bâtiment d'assemblage du lanceur. Il comptera également un château d'eau, des zones de stockage d'oxygène et d'hydrogène liquides par exemple.

Profond de 28,5 mètres, voici le carneau et ses deux rampes pour évacuer les jets du lanceur Ariane 6. © Rémy Decourt

Le chantier durera 4 ans

D'une durée de quatre ans (il a débuté mi-2015 et devrait finir mi-2019) et d'un montant de 200 millions d'euros, ce chantier est réalisé par Eclair6, un groupement de 46 entreprises que pilote Eiffage Génie Civil. Il s'inscrit dans un programme de développement des « moyens sol Ariane 6 » de quelque 600 millions d'euros. ELA-4, avec toutes ses installations, sera livré en juillet 2019. Le premier lancement d'une Ariane 6 est prévu en 2020.

Les retombées économiques pour la Guyane sont positives et estimées à 94 millions d'euros, soit environ 15 % du volume global du projet. Ce marché comprend également des clauses sociales d'insertion, « une volonté forte du Cnes », tient à souligner Jean-Yves Le Gall, son président. À ce jour, 96 jeunes guyanais sont en contrat d'insertion, ce qui représente quelque 106.000 heures équivalent à 60 emplois pour la construction d'ELA-4.

Érection de la charpente métallique du bâtiment d'assemblage du lanceur, à l'intérieur duquel Ariane 6 sera assemblée en position horizontale. © Rémy Decourt

Le chantier ELA-4 en chiffres

Voici quelques chiffres concernant le chantier ELA-4 :

  • Superficie totale : 170 hectares (340 terrains de football), dont 18 hectares de plateformes bâtiments ;
  • Terrassement : 700.000 m3 (7 fois la cathédrale Notre-Dame de Paris) ;
  • Carneaux : > 300.000 m3 (150 piscines olympiques), pour canaliser et évacuer les jets du lanceur au décollage ;
  • 14 tirs de mines, pour creuser le granite du carneau ;
  • Surfaces de planchers : > 20.000 m² ;
  • Surface de toiture : > 15.000 m² ;
  • Charpente métallique : 6.500 tonnes, à comparer aux 8.000 tonnes de la tour Eiffel ;
  • Portique mobile : 8.200 tonnes et 90 mètres de haut ;
  • Canalisations enterrées : > 15 km ;
  • Fourreaux pour câbles : > 35 km ;
  • Câbles haute tension enterrés : > 8 km ;
  • Puissance froid : > 3 MW ;
  • Volume de béton armé : 55.000 m3 ;
  • 4,5 m3 de béton produits toutes les 45 secondes.