Tech

L'espace numérique des voitures du futur

Dossier - La voiture du futur
DossierClassé sous :technologie , voiture , parc automobile

-

Avec un parc automobile de plus de 36 millions de véhicules, la France n'en a pas fini de son histoire d'amour avec la voiture. Que nous réserve la voiture du futur ? Au programme : l'électronique embarquée nous prend le volant, plein pot sur les matériaux légers...

  
DossiersLa voiture du futur
 

Le confort d'une voiture passe aussi par l'espace numérique intégré. François Michaud et Brahim Chaib-Draa abordent la question de la nouvelle conduite.

Système de navigation par satellite. © Pincasso, Shutterstock
Le GPS est aujourd'hui très utilisé. Il est même intégré sur de nombreux modèles de véhicule. © tomtom-one.ifrance.com

Futura-Sciences : Le volant, le tableau de bord, et de façon générale l'instrumentation vont-ils seulement s'améliorer ou radicalement changer ? Se dirige-t-on vers une nouvelle façon de piloter ?

François Michaud : C'est difficile à dire, la conduite avec un volant et des pédales étant très instinctive et bien ancrée. Le tableau de bord et l'instrumentation vont sûrement évoluer, au fur et à mesure que des technologies nouvelles et fiables seront disponibles et intégrables aux véhicules. Des écrans de type LCD, changeant les interfaces en fonction de ce que le conducteur désire obtenir comme information sur son véhicule, seront certainement présents (les écrans LCD étant déjà intégrés sur certains modèles).

Brahim Chaib-Draa : Évidemment, avec la multiplication des senseurs sur les voitures, de plus en plus d'informations sont disponibles et peuvent être fournies aux conducteurs. Ainsi, il faudra concevoir de nouveaux instruments de contrôle et de visualisation de cette information.

Cependant, en rendant de nouvelles informations disponibles, il faudra tenir compte des facteurs humains, afin de choisir judicieusement l'information à partager au conducteur ainsi que la façon de le faire afin d'éviter des distractions possibles à la conduite.

FS : On voit les prémices de l'espace numérique roulant (MP3, GPS, vidéo...) : va-t-on aller plus loin dans l'intégration des outils informatiques courants dans l'auto ?

BCD : Évidemment, les outils de visualisation de l'environnement de conduite (GPS et senseurs, etc.) permettent de fournir plus d'informations aux conducteurs. Ainsi, par exemple, des interfaces permettant d'afficher la localité des véhicules tout en illustrant la position des autres véhicules (obtenue par communication) permettra aux conducteurs de prendre des décisions plus éclairées (pour le moment, seul le GPS est intégré, la fonction d'indication des autres véhicules reste un accessoire du futur).

On peut aussi imaginer la « personnalisation » des outils de bord, en conservant des paramètres utilisateurs, etc. Bref, l'ère du partage de l'information poursuivra son cours au sein des véhicules comme partout dans la vie de tous les jours.

Graphique illustrant les applications possibles de la communication entre véhicules (GPS, Affichage du comportement des véhicules dans l'environnement…). © DR

FM : Sans aucun doute, et cela servira à accélérer l'introduction de technologies d'assistance à la conduite. En rajoutant des technologies de communication dans les véhicules, on permet d'aborder les concepts de conduite collaborative, où plusieurs véhicules peuvent s'échanger des informations pour mieux coordonner par exemple le passage d'une intersection, éviter des collisions, prévenir des dangers, etc. Du même coup, pour assurer que l'attention du conducteur n'est pas détournée dangereusement de ses tâches de conduite (exemple : un conducteur qui parle au cellulaire ou qui regarde un DVD est plutôt dangereux), des technologies d'assistance à la conduite s'avèreront utiles. (Aujourd'hui, les kits main-libre des téléphones portables assurent une meilleure sécurité. Quant aux lecteurs de DVD, ils sont disponibles en option, placés le plus souvent derrière les sièges avant, pour les enfants ; le lecteur DVD central existe mais reste déconseillé).

Plus ces systèmes seront déployés et s'avèreront utiles, plus ceci favorisera leur acceptation et la confiance apportée par les gens envers ces systèmes. Ce passage se fera graduellement, et amènera encore plus d'outils informatiques à être intégrés aux véhicules. Le temps passé pour conduire pourra alors être utilisé pour travailler ou se divertir. Le transport reste une nécessité, malgré l'informatisation et les réseaux de communication. Et tant que la « téléportation » à la Star Trek n'est pas du domaine du possible, le transport demandera toujours du temps, et ce temps demande des efforts avec les véhicules actuels, des efforts qui seront transformés en productivité ou divertissement à mesure que l'intelligence des véhicules progressera.

Régulateur de vitesse à contrôle de distance. © Hubert Vincent