Tech

Voiture du futur : les systèmes de sécurité

Dossier - La voiture du futur
DossierClassé sous :technologie , voiture , parc automobile

-

Avec un parc automobile de plus de 36 millions de véhicules, la France n'en a pas fini de son histoire d'amour avec la voiture. Que nous réserve la voiture du futur ? Au programme : l'électronique embarquée nous prend le volant, plein pot sur les matériaux légers...

  
DossiersLa voiture du futur
 

Les avancées technologiques, notamment en ce qui concerne l'électronique, permettent d'imaginer et de mettre en place de nouveaux systèmes de sécurité.

On peut citer les radars de recul, qui évitent au conducteur un mauvais créneau. Plus élaboré, le radar de collision, aujourd'hui très développé, peut détecter un danger lors d'une présence trop proche de la voiture ; un écran prévient alors le conducteur du risque de collision.

Bouton de démarrage. © Guteksk7, Shutterstock

Deux chercheurs nous expliquent les applications présentes et futures en terme de systèmes de sécurité : François Michaud, que nous avons déjà présenté, et Brahim Chaib-Draa, de l'université Laval au Québec.* 

Brahim Chaib-Draa, professeur de l'université Laval au Québec. © DR

Futura Sciences : Quels sont les nouveaux systèmes qui vont permettre d'améliorer la sécurité routière ?

Brahim Chaib-Draa : D'abord, les nouveaux systèmes auront un rôle de prévention d'accidents. Ainsi, de par la multitude de nouveaux senseurs présents sur les voitures, les systèmes de détection de collision pourront avertir le conducteur et même prendre certaines décisions de conduite (freinages) afin d'éviter une collision ou de minimiser ses impacts.

D'autres systèmes, internes aux véhicules permettront, grâce à des systèmes de caméras, de détecter tout écart dans le comportement du conducteur (sommeil, inattention, etc.), dans l'optique de pouvoir réagir pour éviter tout incident.

Finalement, avec l'utilisation de plus en plus importante des communications sans-fil, il sera évidemment possible de propager de l'information entre véhicules. Dans ce cas, de l'information captée par des senseurs peut être partagée et l'horizon de « vue » d'un véhicule est alors agrandi. Les décisions prises peuvent alors être plus éclairées et on peut aussi penser pouvoir partager des informations sur la chaussée, sur la présence d'accidents, sur la venue d'un véhicule d'urgence, etc.

François Michaud : Tout système améliorant la perception du conducteur que ce soit pour lui d'augmenter le champ de vision (danger à l'avant, obstacle à l'arrière lorsqu'on recule) ou encore mieux dans des conditions difficiles (pluie, neige, brouillard) ou lors de moments d'inattention (manipulation du cellulaire ou de la radio, somnolence) s'avère primordial pour améliorer la sécurité routière.

  • Les systèmes de régulateur de vitesse adaptatif (adaptive cruise control) qui permettent de modifier la consigne de vitesse en fonction d'obstacle détecté à l'avant sont aujourd'hui sur le marché. Avec les possibilités accrues de communication sur les véhicules, il sera possible de communiquer des conditions de trafic, et même possible pour des véhicules à proximité de s'échanger des informations afin d'augmenter leur champ de perception respectif (exemple : un véhicule à l'avant détecte la présence de glace sur la chaussée, et avertit les autres le suivant de ralentir).
  • Les systèmes de vision infrarouge sont intéressants pour permettre aux conducteurs de voir la nuit ou dans des conditions de visibilité limitée. La difficulté actuelle est qu'il n'existe pas un seul capteur qui peut tout faire - il faut arriver à combiner l'information de plusieurs systèmes de capteurs pour couvrir l'ensemble des situations pouvant survenir. 
  • Les systèmes de détection de somnolence, de téléphone main libre ou encore de non-démarrage du véhicule en cas d'ivresse (présents aujourd'hui sur certains véhicules) sont intéressants pour avoir des conducteurs alertes sur la route. 
Schéma illustrant le « CACC » (Cooperative Adaptative Cruise Control). Cette technologie utilise communication et senseurs afin de viser à la coordination de plusieurs véhicules entre eux. © DR
Scénario utilisant le système de sécurité « CAAC ». © DR

Brahim Chaib-Draa est professeur au département d'informatique et de génie logiciel de son laboratoire de recherche, le DAMAS (Décision, Apprentissage et Multi-Agents), il s'intéresse aux nouvelles technologies des agents logiciels. Les agents sont des entités logicielles autonomes qui interagissent dans un environnement. La recherche dans ce domaine vise à utiliser des modèles mathématiques afin d'évaluer quelles sont les meilleures actions dans l'environnement en fonction des connaissances et des perceptions des agents.