L’utilisation de métasurfaces et autres technologies nanophotoniques permettrait de révolutionner le Lidar. © 1991-2007 Institute for Molecular Manufacturing
Tech

La technologie nanophotonique au cœur du plus petit des capteurs Lidar

ActualitéClassé sous :technologie , lidar , puce nanophotonique

Une nouvelle approche basée sur la technologie nanophotonique pourrait révolutionner les systèmes Lidar. Un nouvel article dans Nature Nanotechnology propose de combiner plusieurs technologies pour créer un Lidar rapide, précis et qui tient sur un doigt.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] iPhone et réalité augmentée : il recrée l'univers de Matrix dans son salon grâce au Lidar  L'implémentation récente de la technologie Lidar aux iPhone 12 Pro et Pro Max permet de créer des univers en réalité augmentée d'une qualité époustouflante ! © Olivier Goguel 

Le Lidar équipe de plus en plus d'appareils, comme les voitures autonomes, des drones et même l'iPhone. Toutefois, les systèmes les plus précis sont trop volumineux et coûtent plusieurs dizaines de milliers d'euros. Dans un article publié dans la revue Nature Nanotechnology, une équipe de chercheurs sud-coréens et français propose une solution grâce à la technologie nanophotonique, qui pourrait réduire la taille des systèmes Lidar à une puce qui tient sur le bout d'un doigt.

Le Lidar est une technologie qui permet de créer une représentation en trois dimensions du monde. L'appareil émet un laser puis capte la lumière réfléchie par une surface, mesurant le temps mis pour faire l'aller-retour, et calcule ainsi la distance d'un objet. Les voitures autonomes utilisent un système de balayage, de la taille de deux poings adultes superposés, avec des émetteurs et récepteurs qui pivotent.

La technologie nanophotonique pourrait réduire le Lidar conventionnel encombrant à une puce qui tient sur un doigt. © Postech

Un Lidar qui émet un nuage de points lumineux

L'approche des chercheurs ressemblerait plus au Lidar intégré à l'iPhone, avec l'émission d'un nuage de points. Toutefois, il serait plus performant et atteindrait une résolution beaucoup plus élevée en combinant des métasurfaces, des micropeignes à solitons, et des guides d'ondes optiques.

« Si ces recherches aboutissent, nous pourrons fabriquer des systèmes Lidar abordables, ultrarapides et ultraprécis », a indiqué le professeur Junsuk Rho. Ce type de Lidar n'arrivera pas sur le marché tout de suite puisque leurs propositions sont pour l'instant théoriques. Toutefois, un tel système pourrait améliorer le fonctionnement des voitures autonomes, et serait suffisamment mince et léger pour être intégré dans les drones, les robots, les caméras et les systèmes de réalité augmentée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !