Un corps enseveli dans la nature est très difficile à repérer. La finesse de lecture du Lidar pourrait aider aux recherches de victimes disparues. © AVTG, Fotolia

Tech

Le Lidar, nouvel outil pour retrouver les victimes de meurtre

ActualitéClassé sous :techno , lidar , cité maya géante

Des chercheurs américains ont démontré que la technologie Lidar peut s'avérer efficace pour détecter la présence de tombes creusées dans la nature. Un outil qui pourrait aider à retrouver les victimes de meurtre. 

En archéologie, la technologie Lidar (Light detection and ranging) a permis d'accomplir de grands progrès ces dernières années. Plusieurs découvertes majeures ont été rendues possibles grâce à ce système de mesure de la distance qui calcule le délai entre l'émission d'une impulsion laser et la réception de son écho sur les obstacles. Très récemment, c'est une cité maya géante qui a été mise au jour dans la jungle du Guatemala. Auparavant, les temples d’Angkor au Cambodge avaient livré de nouveaux secrets tandis qu'au Danemark, c'est une forteresse viking de plus de 1.000 ans qui a été révélée par les faisceaux laser.

En se basant sur les capacités du Lidar à identifier les moindres variations dans le relief du terrain, une équipe de chercheurs américains (Oak Ridge national laboratory, université du Tennessee, Sandia national laboratories, National geospatial-intelligence agency) a démontré que cette technologie pourrait aider les enquêtes criminelles. Comment ? En aidant à découvrir des cadavres ensevelis dans la nature.

Le Lidar peut révéler des élévations ou des dépressions dans le sol

Quand une personne est enterrée dans une tombe peu profonde, le paysage subit toujours quelques modifications, expliquent les chercheurs dans leur article scientifique. Or, ces variations sont très difficiles à repérer à l'œil nu car ces sépultures sont souvent camouflées intentionnellement et/ou par le processus naturel. Le Lidar est capable de traverser la couche de surface et de lire le relief du terrain pour faire apparaître des élévations ou des dépressions qui s'accomplissent à mesure de la décomposition du corps.

Pour mener cette démonstration, les chercheurs ont utilisé des cadavres légués à la science qu'ils ont ensevelis à même la terre dans plusieurs tombes. À l'aide d'un Lidar monté sur trépied, ils ont scanné la zone avant que les corps n'y soient enterrés puis sur plusieurs périodes après l'enterrement afin de pouvoir comparer les différences et observer l'évolution. Bien sûr, le système ne détecte pas spécifiquement des tombes ou les corps, mais des perturbations du sol qui peuvent être le signe d'une activité. Le recours au Lidar pourrait aider les forces de police à mieux cibler leurs recherches et ainsi gagner beaucoup de temps par rapport aux techniques actuelles.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi