La jeune pousse israélienne StoreDot a présenté un prototype de batterie pour terminaux mobiles qui se charge en 30 secondes. Le principe repose sur une nanostructure faite de matériaux bio-organiques qui augmentent la capacité des électrodes et les performances de l’électrolyte. Doron Myersdorf, le fondateur et PDG de StoreDot, a expliqué à Futura-Sciences que cette technologie sera commercialement viable d’ici deux à trois ans.

Cela vous intéressera aussi

Les smartphones sont devenus de véritables ordinateursordinateurs de poche dont les performances ne cessent d'évoluer. Mais ils ont un talon d'Achille : l'autonomieautonomie de leur batterie, qui ne suit pas cette tendance. Difficile de passer plus d'une journée sans brancher son appareil pour le recharger... Alors quand une start-upstart-up présente un concept de batterie capable de se charger en 30 secondes, tout le landernau high-tech s'emballe !

Fondée en 2012 en Israël, StoreDot est une start-up spécialisée dans les nanotechnologiesnanotechnologies qui utilise des boîtes quantiques (quantum dots en anglais) bio-organiques pour concevoir des écrans et des batteries. Cette semaine, lors d'une conférence Think Next organisée par le centre de recherche et développement de Microsoft en Israël, StoreDot a dévoilé un prototype de batterie qui se charge en seulement 30 secondes. Qui plus est, cette technologie repose sur des matériaux bio-organiques qui éliminent les composants toxiques habituellement présents dans les batteries. Le concept de StoreDot repose sur l'usage de boîtes quantiques. Il s'agit d'une structure nanométrique tridimensionnelle composée de nanocristaux fabriqués à partir de peptidespeptides de synthèse.


La start-up israélienne StroreDot a participé à une conférence organisée par Microsoft au cours de laquelle elle a présenté son concept de batterie à charge rapide. Dans cette vidéo de démonstration, on distingue une batterie externe à laquelle est fixé un smartphone Samsung. Cette batterie est composée de nanocristaux bio-organiques créés à partir de peptides de synthèse. StoreDot n’a pas donné de détails sur les performances de ce prototype, mais indique qu’il faut encore deux à trois ans de développement pour parvenir à produire une batterie pour smartphones ayant le format et les performances des modèles standards. © StoreDot

Batterie à base de nanocristaux bio-organiques

Les peptides sont des chaînes d'acides aminésacides aminés qui forment les protéinesprotéines. StoreDot est parvenu à maîtriser le processus d'autoassemblage de ces moléculesmolécules afin de créer des nanocristaux de 2,1 nanomètresnanomètres de diamètre. Pour cela, ils ont concentré une solution de ces peptides de synthèse dans du méthanol. Au final, StoreDot affirme que ces boîtes quantiques augmentent la capacité des électrodesélectrodes et les performances de l'électrolyte, ce qui permet de créer des batteries pouvant être rechargées en quelques minutes au lieu de plusieurs heures.

Dans la vidéo de démonstration ci-dessus, on constate qu'il s'agit d'un bloc externe dont la capacité n'atteint pas celle d'une batterie standard. Cependant, Doron Myersdorf, le fondateur et PDG de StoreDot, a indiqué à Futura-Sciences qu'il prévoyait encore deux à trois ans de développement pour produire une batterie ayant le format et la capacité d'un modèle standard. « Le coût de production de ces nanostructures est inférieur d'un ordre de grandeurordre de grandeur par rapport à celui d'un semi-conducteursemi-conducteur fait de matériaux non organiques, comme le cadmium », a-t-il ajouté. Par ailleurs, il faut savoir que StoreDot applique cette même technologie aux écrans à cristaux liquidesécrans à cristaux liquides en remplaçant le cadmiumcadmium par ses nanostructures bio-organiques. L'entreprise affirme que sa technologie est 80 % plus économe en énergieénergie que les technologies d'écrans actuelles.

Des tests ont été réalisés avec un écran d'iPhoneiPhone avec un affichage de l'ensemble du spectrespectre RVB. La prochaine étape sera d'obtenir une duréedurée de vie et une performance équivalentes à celle des batteries au cadmium. En cas de succès, StoreDot devra encore convaincre les industries des semi-conducteurs, des écrans et des batteries d'adopter un nouveau modèle de production basé sur une chimiechimie plus respectueuse de l'environnement. Pour démontrer la viabilité de son concept, la jeune entreprise envisage de se doter de son propre outil de production pour fabriquer elle-même ses batteries bio-organiques. Pour cela, StoreDot compte lever des fonds supplémentaires à hauteur de 20 millions de dollars. La démonstration réalisée à la conférence Think Next de Microsoft devrait lui donner un sérieux coup de pouce. StoreDot a déjà récolté un peu plus de six millions de dollars depuis sa création. Et selon nos sources, Samsung fait partie de ses principaux investisseurs, ce qui donne une bonne indication sur le potentiel de cette innovation.