La firme américaine FlyInside fournit des simulateurs de vol en VR pour l'armée américaine. En plus de la vue réaliste d'un tableau de bord d'avion, la start-up française Go Touch VR ajoute à ces simulateurs le sens du toucher, lorsque le pilote manipule les boutons et manettes virtuelles. © FlyInside

Tech

FlyInside, nouveau concept de simulateur de vol, intégralement virtuel

ActualitéClassé sous :technologie , réalité virtuelle , retour haptique

Associé à une start-up française, FlyInside, qui propose des simulateurs de vol en réalité virtuelle pour l'armée et les compagnies aériennes, ajoute le sens du toucher pour reproduire les commandes d'un poste de pilotage. Économique, ce type de simulateur peut être déployé n'importe où facilement.

Dans les compagnies aériennes et notamment Air France, les pilotes sont formés sur des simulateurs reproduisant l'intégralité de la cabine de pilotage d'un Boeing ou d'un Airbus. Il y a même de l'oxygène dans les masques de secours. Ces grosses cabines sont animées par d'énormes systèmes de vérins pour délivrer les sensations du vol au pilote. L'environnement est exactement celui du véritable appareil. Ces simulateurs sont tellement réalistes que pour leur premier vol sur un avion de ligne, les pilotes embarquent directement des passagers. Pour obtenir ce niveau de réalisme, ces simulateurs ont un coût : plusieurs dizaines de millions d'euros.

En comparaison, pour quelques milliers d'euros, il existe également les simulateurs de vol pour lesquels, ici aussi, tout apparaît comme dans la réalité et même la vue au travers du pare-brise. Pas besoin de prendre place dans une cabine, mais simplement de porter un casque de réalité virtuelle (VR).

La réalité virtuelle pour former les pilotes de l'US Air Force

Ce procédé est exploité par certaines compagnies aériennes pour familiariser les pilotes avec les cockpits et les procédures de mise en route des avions. C'est ce que propose la société américaine FlyInside. Elle s'est attelée à développer d'abord pour le grand public, l'intégration en VR de FSX, P3D et XP, les trois simulateurs les plus courants. Puis, FlyInside a créé des solutions spécifiques pour les appareils de l'armée américaine, pour la préparation de mission et la formation de pilotes. L'armée de l'air australienne utilise aussi ce système et c'est également le cas de nombreuses compagnies aériennes. Outre le coût contenu, l'avantage de ce simulateur réside dans la facilité à le déployer n'importe où, notamment pour les missions des militaires à l'étranger.

Le problème, c'est qu'avec les systèmes actuels, mis à part le joystick ou les pédales de palonnier et éventuellement les manettes de gaz, les boutons et autres manettes restent virtuelles. Les actions se font alors en tapotant dans l'air. Pour le pilote, sans le sens du toucher, il n'y a pas de confirmation que l'action a été réalisée et il doit mener des vérifications supplémentaires, ce qui vient faire perdre d'autant plus de temps et d'attention pour le pilotage. La préparation mentale du pilote est alors laborieuse.

Pour faciliter l’apprentissage et le conditionnement du pilote face à sa cabine, le système de retour haptique mis au point par Go Touch VR se positionne au bout de trois doigts de chaque main. Des petits actuateurs mécaniques viennent exercer une pression et délivrer la sensation physique correspondant à la commande activée. © FlyInside

Le sens du toucher confirme la bonne conduite d'une action

Pour donner une touche supplémentaire de réalisme, il ne manquait plus que d'y ajouter les sensations du toucher. Avoir la confirmation qu'une manette a été vraiment activée en ressentant l'action, pousser un bouton, saisir une commande..., c'est exactement ce qu'a introduit la start-up française Go Touch VR au puissant simulateur de vol de FlyInside. Les deux partenaires présentaient d'ailleurs le prototype du premier simulateur de vol VR à retour haptique sur le salon Eurosatory qui rassemble les acteurs du marché de la défense et de la sécurité et qui s'est tenu à Villepinte, en France, au mois de mai. Le sens du toucher est reproduit par le produit phare du Français, baptisé VRtouch.

L'utilisateur enfile au bout de trois doigts sur chaque main des petits accessoires qui reproduisent le sens du toucher en exerçant une pression sur le doigt, pour donner plus de réalisme aux environnements virtuels. Malgré les apparences, les petits accessoires sont légers et ne viennent pas entraver les gestes. Dans l'avenir, ils devraient encore être miniaturisés pour plus de confort. Ils savent déjà reproduire le toucher des textures, les sensations de rigidité et même de saisir des objets dans les mains. Ils peuvent être personnalisés pour en accentuer le sens.

Pour les pilotes ayant testé ce simulateur, associer le toucher à la vue a nettement renforcé le réalisme du cockpit. Plutôt que d'évoluer dans une interface uniquement visuelle, lorsque l'on touche, virtuellement, du bout du doigt un bouton, c'est la sensation attendue qui est reproduite par rapport à ce que l'on peut voir dans le masque.

Pour le moment, la technologie est toujours en cours de développement. Mais lors de l'Eurosatory, les pilotes qui l'ont essayé ont expliqué avoir été conquis par leur expérience.

  • Une sensation de toucher, via des prothèses en bout de doigts mises au point par la start-up française Go Touch VR, peut venir compléter une création de réalité virtuelle.
  • Un simulateur de vol créé par l'entreprise américaine FlyInside en tire un profit pour proposer un simulateur à bas coût sans aucun système matériel reproduisant physiquement un cockpit.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Ne ratez aucune promotion ou code promo Cdiscount et obtenez une réduction !