Spot, alias Digidog, en intervention à New York. © FreedomNewsTV
Tech

Les robots de la police de New York inquiètent

ActualitéClassé sous :robotique , Boston Dynamics , Spot

La police de New York a récemment acheté le robot Spot de Boston Dynamics. Après avoir été filmé lors d'une intervention pendant une prise d'otage, des voix se sont élevées sur les réseaux sociaux contre son utilisation.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le robot Boston Dynamics devient berger en Nouvelle Zélande  Rocos, un développeur d’outils logiciels pour robots, vient d’annoncer son partenariat avec Boston Dynamics. La plateforme logicielle apporte au chien-robot Spot la création de missions pour un fonctionnement autonome, mais également la commande à distance et la télésurveillance pour une agriculture de précision. 

Le robot de Boston Dynamics est décidément partout. Après avoir inspecté le site de la centrale nucléaire de Tchernobyl, Spot a intégré la police de New York (NYPD) sous le nom de Digidog. Ce robot est particulièrement apprécié pour sa polyvalence. Il se déplace de manière autonome grâce à l'intelligence artificielle, et peut marcher sur un sol inégal, monter les escaliers, contourner les obstacles, et peut être guidé à distance.

Digidog est une version de Spot, peint en bleu et équipé de caméras, de lumières, et un système de communication bidirectionnel. Le NYPD l'a déployé dans le cadre d'une prise d'otage, où l'une des deux victimes a pu s'échapper de l'appartement en question pour donner l'alerte. Le robot est entré et a transmis une vidéo en direct de la scène, et a ainsi confirmé que les lieux étaient vides en évitant de mettre en danger la vie des policiers.

Digidog est déployé dans une prise d’otage à New York. © FreedomNewsTV

Les robots, un danger pour la société ?

L'adoption de ce robot n'est pas anodine, puisque le prix de base est de 74.500 dollars (62.000 euros). Sur Twitter, la politicienne Alexandria Ocasio-Cortez s'est insurgée sur le fait que ce robot soit testé dans des quartiers défavorisés où le financement de l'éducation, la santé ou encore les logements devraient être une priorité. D'autres voix, notamment sur Twitter, s'élèvent contre les dangers que représentent les robots, qui pourraient être utilisés pour surveiller la population et même être équipés de taser. Daniel Valls de FreedomNewsTV a filmé le robot en action et s'est exclamé « cette chose donne la chair de poule ».

Jay Stanley, de l'Union américaine pour les libertés civiles (Aclu), a indiqué que l'utilisation d'un robot pour faire le travail de la police pourrait avoir des conséquences sur les préjugés, la surveillance mobile, le piratage et la vie privée. Il s'inquiète également que Digidog pourrait être associé à d'autres technologies pour devenir une arme. Il semble toutefois inévitable que ce genre de robot sera de plus en plus utilisé à l'avenir, notamment lorsqu'il permet d'éviter des pertes humaines.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !