IBM vient de profiter de sa conférence Quantum Summit 2021 pour présenter sa nouvelle avancée dans le domaine de l’informatique quantique. Après son processeur Hummingbird de 65 qubits annoncé l’année dernière, le constructeur a dévoilé Eagle, un processeur quantique de 127 qubits.

De nombreuses entreprises sont actuellement engagées dans une véritable course à l’ordinateur quantique. MicrosoftMicrosoft et Amazon proposent déjà des services d'informatique quantique avec Azure Quantum et Braket, respectivement. Toutefois, ces services sont limités au niveau matériel. Les processeurs quantiques ont jusqu'à présent été bloqués par la barrière des 100 qubitsqubits, qu'IBM vient de briser.

Le constructeur vient d'annoncer Eagle, le premier processeur quantique de 127 qubits. Pour rappel, le qubit est l'équivalent quantique du bit binaire de l'informatique classique. Là où le bit peut avoir une valeur de 0 ou 1, le qubit peut également valoir les deux simultanément. IBM a réussi à créer ce nouveau processeur grâce à deux avancées. La première est le multiplexage, qui évite de devoir intégrer des circuits de commande et de lecture dans chaque qubit. La seconde est l'intégration en trois dimensions, avec la connectique sur différents niveaux physiquesphysiques, et un niveau dédié uniquement aux qubits, plus dense.

IBM présente sa vision d’un centre de données quantique avec son futur Quantum System Two, encore à l’étape de concept. (Activez la traduction automatique des sous-titres). © IBM

Un processeur quantique de 1.121 qubits d’ici deux ans ?

IBM a également dévoilé ses projets pour l'avenir, avec un processeur Osprey de 433 qubits prévu pour 2022, suivi d'un processeur Condor de 1.121 qubits en 2023. Le constructeur a aussi annoncé Quantum System Two, un nouveau design d'ordinateur quantique pour remplacer l'actuel Quantum System One. Il n'en est encore qu'au stade de concept, mais IBM a voulu envisager un ordinateur modulaire avec des systèmes cryogéniques plus denses. Les éléments cryogéniques, très volumineux, sont nécessaires pour que les propriétés quantiques des qubits se manifestent. Le constructeur devrait présenter le premier prototype du Quantum System Two en 2023.

Selon IBM, Eagle est le premier processeur quantique à être trop complexe pour être simulé sur un ordinateur classique. Eagle devrait permettre un nouveau niveau de complexité dans les expérimentations, afin d'optimiser l'apprentissage automatique ou de modéliser de nouvelles moléculesmolécules.