L'ingénieur aéronautique doit suivre un programme de maintenance très précis pour pouvoir garder les avions en service. © evsafronov, Adobe Stock
Sciences

Ingénieur de maintenance aéronautique

MétierClassé sous :Métiers , avions , maintenance

Tu as toujours voulu savoir ce qu’il se cachait dans le ventre des avions ? Alors découvre le métier d’ingénieur en maintenance aéronautique et deviens le garant de leur bon entretien et de leur sécurité.
 

L’ingénieur en maintenance aéronautique, lorsqu’il opère au sein d’une compagnie aérienne ou d’une unité de maintenance aéronautique civile ou militaire, est appelé à diriger et coordonner des équipes de techniciens qui mettent en œuvre les programmes d’entretien des aéronefs (avions ou hélicoptères). Il peut également opérer chez les avionneurs et les grands équipementiers (motoristes, fabricants de radars…), pour concevoir et faire évoluer les programmes de maintenance aéronautique et assurer l’interface avec les utilisateurs des flottes d’aéronefs (compagnies aériennes, sécurité civile et armée de l’air). La maintenance aéronautique a pour finalité de maintenir chacun des avions en service, quel que soit son âge, à un niveau de sécurité identique à celui de l’avion neuf sortant d’usine, cela s’appelle le maintien de la navigabilité de l’aéronef. Pour arriver à ce résultat, un programme de maintenance aéronautique comporte en général trois volets :

  • la maintenance préventive programmée : elle concerne les opérations programmées à intervalles réguliers se comptant en heures de vol ou en nombre de décollages /atterrissages, ou simplement de façon calendaire (en nombre de mois par exemple) selon les équipements à changer ;
  • la maintenance corrective selon état : il s’agit de trouver et résoudre les pannes observées en vol ;
  • les modifications de l’appareil : certaines avaries, par exemple des fissures ou des points de corrosion, non prévisibles au moment de la conception, sont observées durant la vie d’un avion en raison de son vieillissement, sans pour autant engendrer de panne. Ces avaries doivent être corrigées et nécessitent des modifications de l’appareil. 

L’ingénieur aéronautique peut par ailleurs être impliqué dans la conception des solutions de modification d’un aéronef à la suite d'une avarie, dans la conception de certains outillages spéciaux et bancs de mesures, ou de tests utilisés pour la maintenance. Par ailleurs, il s’assure de faire respecter les normes et réglementations en vigueur en matière de sécurité aéronautique et d’organisation de la maintenance aéronautique. Il peut également contribuer à leur amélioration au sein des instances européennes ou étatiques, et dans ce cadre, avoir une mission d’inspection des services de maintenance des compagnies aériennes. Enfin, il s’attache à optimiser le potentiel avion, et à réduire les durées d’immobilisation en optimisant la chaîne logistique d’approvisionnement auprès de différents fournisseurs.

Les principales qualités à avoir

L’ingénieur maintenance aéronautique doit faire preuve de polyvalence en termes de compétences et de qualités :

  • maîtriser les sciences et techniques du domaine aéronautique et de la construction des aéronefs à un niveau ingénieur ;
  • maîtriser le fonctionnement détaillé de l’aéronef et de tous systèmes complexes qui le composent, pour chacun des types d’appareil sur lesquels ses équipes travaillent ;
  • avoir des connaissances techniques approfondies en matière de sécurité, de qualité, d’environnement et de normalisation aéronautique ;
  • être capable de détecter les anomalies ;
  • savoir faire preuve de réactivité et savoir prendre des décisions parfois urgentes en cas de problème lors des opérations aériennes ;  
  • aimer le travail en équipe ;     
  • avoir un très bon relationnel ;     
  • être rigoureux et méthodique ;     
  • maîtriser l’anglais technique ;     
  • effectuer une veille technologique, en particulier sur les modifications techniques prescrites par les différents constructeurs.
En complément de la partie purement maintenance, l'ingénieur en maintenance aéronautique peut aussi intervenir dans la conception de solutions visant par exemple à modifier un appareil lorsque certaines avaries sont observées. © auremar, Adobe Stock

Les conditions de travail

Les avions volant sept jours sur sept, l’ingénieur maintenance aéronautique doit s’adapter. Il travaille donc aussi bien en semaine que le weekend avec des horaires de travail qui peuvent être contraignants. Il peut également être amené à voyager à l’étranger. Garant de la sécurité des appareils, il doit avoir une grande résistance au stress et savoir travailler dans le respect des délais pour ne pas immobiliser les engins trop longtemps. En contact permanent avec les pilotes et équipages, les constructeurs, les sous-traitants mais aussi les services production et qualité, l’ingénieur maintenance aéronautique doit aimer travailler en équipe.

Le salaire d’un ingénieur maintenance aéronautique

En tant que débutant, un ingénieur maintenance aéronautique gagne un salaire mensuel situé autour de 3.000 euros brut.

Les perspectives d’évolution de l’ingénieur maintenance aéronautique

Un ingénieur maintenance aéronautique peut évoluer vers des postes liés à l’industrialisation des systèmes et à l’optimisation des chaînes d’assemblage des aéronefs, sur des postes d’ingénieurs méthode ou d’ingénieur qualité par exemple. Il peut également décider de se spécialiser sur un domaine précis, devenir ingénieur d’achat ou encore intégrer une société de services en tant que consultant.

Entreprises qui emploient des ingénieurs maintenance aéronautique

  • compagnies aériennes ;
  • bases aériennes militaires ;
  • sociétés de maintenance aéronautique ;
  • services européens ou étatiques (EASA, DGAC) ;
  • avionneurs et équipementiers sur des emplois d’ingénieurs en charge du soutien logistique intégré (SLI) lors de la conception d’un nouvel appareil.
L'ingénieur en maintenance veille et assure le bon fonctionnement des équipements. Il ou elle a un rôle déterminant dans l'entretien du matériel. © Gorodenkoff, Adobe Stock

Trois questions à Aude Manson, Responsable Unité de Maintenance chez Air France KLM, Alumni de l'IPSA, école d'ingénieurs de l'air, de l'espace et de la mobilité durable. 

1) Avion électrique, avion à hydrogène, utilisation de biocarburants… La volonté de réduire l’empreinte environnementale des avions est bien amorcée chez la plupart des grands constructeurs. En quoi les avions du futur vont-ils modifier le métier d’ingénieur en maintenance aéronautique ?

Dans notre métier, nous avons l’habitude de nous adapter à de nouveaux types avions. Par exemple, un A350 est en majeure partie composé de matériaux composites dont l’un des atouts est d’alléger la structure de l’aéronef pour diminuer sa consommation en carburant. L’utilisation de ces matériaux en si grande quantité est tout à fait novatrice dans le domaine. Il a fallu revoir les procédés de détection des défauts et les procédures de réparation. L’avion du futur apportera lui aussi son lot de nouveautés.

Aude Manson, responsable Unité de maintenance chez Air France KLM et ancienne élève de l'IPSA (Ecole d’ingénieurs aéronautique et spatiale). © DR.

2) Quelles sont les qualités nécessaires pour travailler comme ingénieur en maintenance aéronautique ? Avez-vous découvert des aspects métiers méconnus grâce à votre expérience professionnelle ?

Un ingénieur en maintenance aéronautique doit aimer la technique et avoir un bon relationnel. Une envie d’amélioration continue doit l’animer : trouver la meilleure solution de réparation, fiabiliser un système, analyser un process pour l’optimiser, capitaliser ses connaissances et partager.

J’ai découvert avec ce métier une industrie innovante et en constante évolution. Même si nous sommes à des années des pionniers de l’aéronautique, exploiter un avion révèle quotidiennement des surprises et aucune journée n’est semblable à une autre. Nos organisations, sur-réglementées, se repensent sans cesse et malgré l’aspect industriel de notre métier, l’humain a une grande part dans nos activités. 

3) Le secteur aéronautique ne cesse d’évoluer notamment pour parvenir à des avions plus verts. Mais qu’en est-il de la formation des ingénieurs en maintenance aéronautique ? Les universités se sont-elles adaptées aussi rapidement que le marché ?

L’ensemble des acteurs de la filière est en train de prendre conscience de la nécessité de réduire l’impact environnemental de l’aviation. Les formations évoluent mais doivent encore être renforcées dans ce domaine afin que les nouveaux ingénieurs puissent sortir de leur cursus de formation avec des bases solides pour apporter des idées innovantes. 

Fiche métier rédigée en partenariat avec Ionis Education Group.


Mon métier peut s’apparenter à la gestion d’un grand garage automobile où les clients viennent avec leurs voitures faire la pression des pneus, la révision des 20.000 km, ou viennent avec de petits bobos ! Que vous veniez avec une Lada ou une Lamborghini, il n’y a pas de favoritisme, nous sommes une équipe de passionnés qui mettons tout en œuvre pour que l’avion revienne de révision et soit dépanné le plus rapidement possible, avec la meilleure qualité de service et dans le respect de la sécurité des vols et des personnes.

En tant que « garagiste », je m’appuie sur des équipes de maintenance pluridisciplinaires afin de réaliser l’entretien, et m’adapte à un planning très serré ainsi qu'aux imprévus. Mon rôle est de faciliter le quotidien des équipes : dimensionnement, compétences requises, mise en place de plans de formation et accompagnement des carrières mais aussi, faut-il un toit pour s’abriter du vent et de la pluie ou bien, les travaux peuvent-ils être réalisés dehors, est-ce que notre service logistique a pu organiser la venue des pièces de rechange, avons-nous tous les outillages ?