Sciences

En tête à tête avec un calmar

Diaporama - Plongée extrême : entre les îles de Mayotte et de la Réunion
PhotoClassé sous :photographe , plongée , Le monde sous la mer
En tête à tête avec un calmar
Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

« Un focus sur l'évent d'un calamar photographié lors d'une plongée de nuit ». © Gabriel Barathieu, tous droits réservés

Difficile d'approcher en plein jour ces céphalopodes décapodes. Celui-ci était-il un petit calmar comestible ou un de ces mollusques géants qui peuplent les récits fantastiques et les films d'horreur ? Ces céphalopodes (dibranchiaux teuthoïdes) apparus au début du Jurassique n'ont conservé comme vestige de leur coquille qu'une structure interne dans le manteau, en forme de plume cornée. Les petits calmars, vivant aux bords des côtes, en surface, sont équipés de nageoires et sont sujets à bien des interrogations : volant en escadrille, ils se propulsent quelques secondes hors de l'eau en éjectant un jet d'eau, le tout en adoptant une allure aérodynamique.

Petits ou grands, les calmars ont la faculté de changer la structure de leur peau et leur couleur (homochromie) pour se fondre dans leur environnement.

Pour ce qui est du calmar colossal, les dernières données attestent un poids de 495 kilos et une dimension de 10 mètres pour le manteau, une vingtaine avec les tentacules. Ceux-là vivent dans les grands fonds, intriguant les chercheurs et la littérature s'en est délectée jusqu'à Jules Verne. Leurs globes oculaires peuvent mesurer 30 centimètres ; ils sont dotés d'une sensibilité qui leur permet de percevoir jusqu'à 120 mètres la bioluminescence des micro-organismes lorsqu'ils sont perturbés au passage d'un cachalot et d'échapper ainsi à ce prédateur.