S'approcher des photos d'HubbleHubble : c'est ce que vous permettra l'astrophotographie. Mais un équipement ne vous permettra pas de réaliser tous les types d'images. C'est comme avec les objectifs photos : n'espérez pas faire de la photo animalière avec un objectif grand angle. 

L'astrophotographie, c'est pareil : pour chaque type d'image,  il vous faudra un équipement spécifique. Car il existe une multitude d'objets dans le ciel : des petits qui nécessiteront beaucoup de focale, des très grands qui demanderont moins de focale, des lointains qui demanderont beaucoup d'heures de poses, des plus proches plus brillants qui nécessiteront des caméras ultra rapides, etc... Quelle que soit la discipline choisie, le budget nécessaire pour faire de l'astrophotographie est très important.

De plus, si vous êtes débutant, je vous déconseille fortement de vous lancer dans la photo tout de suite. En effet, l'astrophotographie demande des connaissances en astronomie, en optique, en mécanique et en informatique (traitement des images, pilotage des télescopestélescopes). C'est aussi une discipline extrêmement chronophage, et trop souvent frustrante. Lisez donc les pages qui suivent à titre informatif !

Deux grands domaines d'imagerie existent : l'imagerie « planétaire » pour photographier les planètes, et l'imagerie « ciel profond », pour photographier les objets peu brillants situés au-delà du système solairesystème solaire (nébuleusesnébuleuses, galaxiesgalaxies, ...).

NGC 1499 : la nébuleuse Californie. N’espérez-pas l’observer comme ça dans un télescope ! Cette image est le fruit de 6h30 de poses. © Bastien Foucher - Tous droits réservés

NGC 1499 : la nébuleuse Californie. N’espérez-pas l’observer comme ça dans un télescope ! Cette image est le fruit de 6h30 de poses. © Bastien Foucher - Tous droits réservés

L'ennemi de l'astrophotographe est le bruit. Nous l'avons tous constaté : avec notre appareil photo, quand on photographiephotographie en faible luminositéluminosité, la qualité des images est mauvaise. Elles sont dégradées par le « bruit ». Pour le diminuer, la technique employée en astrophotographie est toujours la même : on accumule des poses dites « unitaires », d'une duréedurée plus ou moins courte, qui sont ensuite additionnées pour simuler une pose d'une durée plus importante, moins bruitée.