Soyez prévenus : dans un télescopetélescope, n'espérez pas voir des images hautes en couleurscouleurs comme celles qu'HubbleHubble peut nous dévoiler. Celles-ci sont le fruit de très longues heures de poses photographiques.

A part les planètes du système solairesystème solaire ou certaines petites nébuleusesnébuleuses très brillantes, vous ne verrez les images qu'en noir et blanc. Votre œilœil n'est pas assez sensible pour percevoir les couleurs. Mais ces images, vous les verrez en « direct ». Dites-vous que le photonphoton qui vient de frapper votre rétinerétine était âgé de plusieurs milliers ou millions d'années.

Les anneaux de Saturneanneaux de Saturne vous émerveilleront, les bandes nuageuses de JupiterJupiter et la valse de ses satellites vous impressionneront. Vous regarderez au fin fond du système solaire quand vous découvrirez UranusUranus ou NeptuneNeptune. Enfin, vous observerez des amas d'étoilesétoiles pétillants d'étoiles, ou de grandes nébuleuses... !

Et les télescopes plus petits ?

Un télescope « Maksutov Cassegrain » sur monture équatoriale. © Orion - Tous droits réservés

Un télescope « Maksutov Cassegrain » sur monture équatoriale. © Orion - Tous droits réservés

Les télescopes « Dobson » ont une formule optique dite de « NewtonNewton », du nom de son inventeur. Cette formule optique est la moins chère à fabriquer, mais les télescopes sont plus longs.

Pour un même diamètre, il existe des télescopes plus courts. Leur formule optique est alors différente : Maksutov-Cassegrain, Schmidt-Cassegrain... Ils sont cependant plus complexes à fabriquer, ce qui explique leur prix plus élevés. Ils sont excellents pour observer des objets petits ou brillants, comme la LuneLune et les planètes, mais ils délivreront des images moins lumineuses pour des objets vastes et éloignés (amas d'étoiles, grandes nébuleuses, ...).

Dans tous les cas, privilégiez un instrument de diamètre important.