Sciences

Les instruments scientifiques

Dossier - MRO - Mars Reconnaissance Orbiter, l'oeil de lynx
DossierClassé sous :Astronautique , mars , Mars Reconnaissance Orbiter

-

Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), c'est le nom de cet oeil de lynx nouvelle génération qui photographie la planète rouge comme jamais.

  
DossiersMRO - Mars Reconnaissance Orbiter, l'oeil de lynx
 

Voici les instruments scientifiques que la sonde Mars Reconnaissance Orbiter possède à son bord :

Une caméra stéréoscopique haute résolution HiRISE

La caméra HiRISE enverra des images couleurs, stéréoscopiques et à très haute résolution de la surface martienne. Alors que la caméra de Mars Global Surveyor ne peut distinguer au mieux que des objets de la taille d'une petite voiture, HiRISE sera capable de discerner des objets de la taille d'un ballon de football. Cela permettra de faire le lien entre les photos prises par les rovers au sol et les clichés obtenus en orbite. La NASA s'engage ainsi dans une reconnaissance très détaillée de la surface martienne, afin de recueillir à terme des échantillons de roches. Chaque photo pourra couvrir une surface de 800 m², et la caméra observera dans le visible et le proche infrarouge, ce qui lui permettra de faire des études minéralogiques.

Caméra stéréoscopique haute résolution HiRISE de MRO

Une caméra CTX de contexte

La précision de la caméra HiRISE est telle que les ingénieurs ont ajouté une caméra dite de contexte, la caméra CTX, qui permettra de réaliser des prises de vue très larges de la surface martienne avant de localiser les régions intéressantes à étudier par HiRISE ou le spectromètre CRISM. La caméra CTX a une résolution de 8 mètres par pixel et pourra photographier des régions de 40 kilomètres de côté.

Caméra CTX de contexte de MRO

Un spectro-imageur CRISM

CRISM est un spectro-imageur fonctionnant entre 4 et 400 microns, c'est-à-dire dans le visible et l'infrarouge proche. Cet appareil permettra d'étudier la minéralogie de Mars, et notamment de rechercher des minéraux formés en présence d'eau. CRISM est en concurrence directe avec le spectro-imageur Omega de la sonde Mars Express, actuellement en orbite autour de Mars. Mais CRISM possède un avantage : sa résolution de 20 mètres par pixel est 15 fois plus élevée que celle de Omega.

Une caméra MARCI

La caméra MARCI fonctionne dans le visible et l'ultravioletElle fournira chaque jour des vues de la totalité du globe martien. Cela permettra d'étudier le climat de Mars, l'évolution de ses calottes polaires et la teneur en ozone, en poussières et en dioxyde de carbone de son atmosphère.

Un radiomètre MCS

Le radiomètre MCS mesurera les variations de la pression atmosphérique et dressera des profils de température de la surface martienne jusqu'à 80 kilomètres d'altitude. Cet appareil avait déjà été incorporé aux sondes Mars Observer et Mars Climate Orbiter, toutes deux perdues avant d'avoir accompli leur mission. Espérons que cette fois sera la bonne !

Radiomètre MCS de MRO

Le radar SHARAD

Le radar SHARAD sondera le sous-sol martien à la recherche de poches d'eau ou de glace. Il fonctionne dans une gamme de fréquences plus élevée que celle utilisée par l'instrument MARSIS de Mars Express. Cela lui permettra de sonder le sous-sol proche, jusqu'à 300 mètres. Sa résolution spatiale est très supérieure à celle de MARSIS : 15 mètres verticalement et de 0,3 à 30 kilomètres horizontalement.

MRO effectuera également des analyses en utilisant ses émetteurs radios. En mesurant le décalage doppler des signaux radio transmis vers la Terre, les scientifiques pourront étudier le champ de gravité martien.

MRO embarque enfin trois instruments d'ingénierie.

Electra est un appareil qui permettra de relayer les communications radio avec les sondes au sol, tout en servant de balise de navigation pour les futures sondes martiennes.

Un appareil d'optique servira au repérage de la sonde dans l'espace à partir des positions des lunes martiennes. Cela permettra de réaliser des économies de carburant.

Les communications seront faite dans la bande Ka, au lieu de la traditionnelle bande X. Le débit de transmission sera ainsi fortement accru : les données seront transmises à une vitesse pouvant atteindre 4 Mégabits par seconde. Le très haut débit en orbite martienne !