Sciences

La mission : du lancement à la retraite

Dossier - MRO - Mars Reconnaissance Orbiter, l'oeil de lynx
DossierClassé sous :Astronautique , mars , Mars Reconnaissance Orbiter

Olivier Poch et Thomas Appere, Futura

-

Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), c'est le nom de cet oeil de lynx nouvelle génération qui photographie la planète rouge comme jamais.

  
DossiersMRO - Mars Reconnaissance Orbiter, l'oeil de lynx
 

Le lancement


La sonde Mars Reconnaissance Orbiter s'est élancée le 12 août 2005 dans le ciel de Floride au sommet d'un lanceur de type Atlas V-401 d'une hauteur de 57 m depuis la base de Cap Canaveral Air Force Station. Le premier étage du lanceur a assuré le début de l'élévation dans les airs en faisant atteindre la vitesse supersonique de 4500m/s à la sonde, puis il s'est détaché et est retombé dans l'océan. Le second étage de la fusée, appelé Centaur, s'est alors mis en marche et a propulsé MRO jusqu'au niveau d'une orbite "de parking" à 185 km. La coiffe protégeant la sonde s'est détachée puis l'étage Centaur a cessé de bruler. Enfin, une demi-heure après, le moteur s'est rallumé pendant 10 minutes pour arracher la sonde à la gravité terrestre et l'injecter sur son orbite de croisière vers Mars. En avant toute pour Mars !

Le voyage vers Mars

Le voyage vers Mars fut la partie la plus calme de l'aventure de la sonde. Il a duré sept mois en tout et fut ponctué par des vérifications sur les instruments (s'assurer qu'ils fonctionnent bien), des calibrations ou encore des corrections de trajectoire pour affiner le trajet de la sonde jusqu'à son arrivée en orbite martienne. Mars Reconnaissance Orbiter a parcouru ainsi plus de 50 millions de kilomètres entre la Terre et Mars à la vitesse de 3 km/s.

L'insertion orbitale et l'aerobraking

Après son voyage très calme, un épisode beaucoup plus tendu attendait la sonde Mars Reconnaissance Orbiter : l'insertion orbitale ! Pas question en effet d'être lancée en direction de la planète rouge si c'est pour foncer droit dedans ou passer à côté, non, la sonde doit se mettre en orbite autour de la planète en se faisant capturer par le champ de gravité de l'astrePour cela, une seule solution : donner un grand coup de frein ! En Mars 2006, la sonde a frôlé la planète Mars à quelques 300 km d'altitude. À ce moment précis, elle alluma ses moteurs de freinage pour brûler à plein régime pendant 25 minutes.

MRO

Ainsi, la sonde fut ralentie de 1000m/s et capturée par le champ de gravité martien. Une fois cette manœuvre effectuée, Mars Reconnaissance Orbiter décrit une première orbite très elliptique autour de Mars qu'elle boucla en 35 heures environ ! Peu à peu, son orbite autour de Mars se modifia, devenant de moins en moins elliptique. Pour cela elle utilisa la technique dite du "freinage atmosphérique" (ou aerobraking) : les grands panneaux solaires de la sonde frottèrent sur les hautes couches de l'atmosphère martienne, ces frottements contribuèrent à ralentir la sonde.

MRO n'atteint son orbite finale "de travail", pratiquement circulaire, qu'en novembre 2006.

La moisson scientifique

De novembre 2006 à novembre 2008, la sonde effectuera sa mission scientifique en orbite autour de Mars. Mars Reconnaissance Orbiter devra alors remplir ses trois objectifs principaux :

Décrypter le climat actuel de la planète Mars, comprendre les processus qui ont modifié la surface de cet astre, en savoir plus sur le passage de l'eau (durée, localisation ?) et son rôle dans l'histoire géologique de Mars ;

Identifier des sites susceptibles d'abriter de la vie actuellement sur Mars : le radar Sharad qui sondera les premiers 300 m du sous-sol martien à la recherche de nappes d'eau sera un instrument privilégié pour répondre à cet objectif ;

Identifier et étudier de futurs sites d'atterrissage capables d'accueillir de prochaines missions martiennes voire humaines vers la planète rouge. La résolution très poussée de la caméra HiRISE permettra de repérer les rochers dangereux pour l'atterrissage et ainsi de classer les sites potentiels en fonction de leur dangerosité et intérêt scientifique.

L'ensemble des mesures et images renvoyées par la sonde MRO représentera 34 Térabits de données, soit plus d'informations que toutes les missions conduites par le Jet Propulsion Laboratory jusqu'à aujourd'hui ! La caméra HiRISE y sera pour beaucoup dans cette masse incroyable d'informations. Les photographies prises par cette caméra pourront en effet atteindre jusqu'à 28 Gigabits !

Le relais de communications

Après avoir fourni tant de nouvelles données toutes fraiches sur la planète rouge, la sonde MRO aura droit à une retraite bien méritée. Jusqu'en 2015 (sauf prolongation de sa mission) elle assurera le rôle de relais de communications avec la Terre pour les atterrisseurs qui se poseront sur Mars.