Sciences

Les prochaines missions

Dossier - Echec du vol de la première Ariane-5 ECA : les premières constatations
DossierClassé sous :Astronautique , Ariane , 5

Jean Etienne, Futura

-

L'échec que vient de subir Arianespace ne cesse d'alimenter les polémiques. La difficulté de rassembler suffisamment d'indices afin de déterminer la cause de l'incident ayant entraîné la perte du lanceur, ainsi que le délai que cela implique dans les communiqués officiels, donnent évidemment libre cours à toutes les hypothèses, toutes les réactions.

  
DossiersEchec du vol de la première Ariane-5 ECA : les premières constatations
 

Quelles implications cet échec aura-t-il sur les prochaines missions ? Deux tirs d'Ariane 4, qui seront aussi les deux derniers de cette version d'Ariane, sont programmés pour le 17 décembre (un satellite de communications) et courant février. Des éléments dont disposent aujourd'hui les techniciens, il ne semble pas que ceux-ci soient remis en cause.

Par contre, l'inquiétude subsiste pour le prochain lancement d'Ariane 5 le 12 janvier prochain. Pour cette mission c'est une Ariane 5 "classique" qui a été choisie. Si l'élément qui s'est avéré défectueux le 11 décembre s'avère spécifique au Vulcain II cela n'aura aucune conséquence sur ce vol, qui fait appel à un Vulcain I. Dans le cas contraire c'est l'ensemble du projet qui se verrait compromis.

Ce projet, la mission Rosetta, qui a coûté 1 milliard d'euros à l'Agence Spatiale Européenne (ESA), consiste à envoyer une sonde automatique vers la comète Wirtanen et à y poser un petit atterrisseur. Mais pour être au rendez-vous en 2011, Rosetta devra traverser le système solaire durant huit années, profitant de l'accélération gravitationnelle de Mars et de la Terre, ce qui implique une conjonction planétaire très particulière et une fenêtre de lancement très précise. Ouverte le 12 janvier, celle-ci se refermera irrémédiablement 19 jours plus tard. Si la sonde ne peut prendre le départ durant cette période, le programme entier risque de passer à la trappe...

La sonde Rosetta Crédits ESA

En outre, sur 7 vols programmés en 2003, seul celui de février utilise une Ariane 4, qui sera aussi la toute dernière de sa catégorie. Arianespace a en effet décidé de miser sur un modèle de base unique et évolutif, l'Ariane 5, capable d'effectuer des lancements doubles, voire triples, ce qui représente pour le client une diminution sensible du prix du kilogramme en orbite. Sur les 6 vols d'Ariane 5 en 2003, trois utilisent un lanceur "de base", les trois autres la version "10 tonnes" équipée de l'étage ESC-A et surtout du moteur Vulcain II.

En 2004, ce sont 5 des 7 tirs prévus qui devraient faire appel à la nouvelle version, puis la totalité à partir de 2005. Puis en 2006 devrait apparaître la nouvelle version ESC-B, dont l'étage supérieur cryogénique, de puissance accrue et permettant l'emport d'une charge utile de 12 tonnes en lancement double, devient aussi réallumable en permettant les manœuvres en orbite.