Sciences

Le village planétaire : la mondialisation, du rêve à la réalité

Dossier - Satellites : plus fort que Big Brother
DossierClassé sous :aéronautique , satellite , big brother

-

Devons-nous craindre les techniques spatiales de surveillance de la Terre, ou bien pouvons-nous les considérer comme les instruments d’un principe de responsabilité et de vigilance des humains les uns à l’égard des autres et de leur planète ?

  
DossiersSatellites : plus fort que Big Brother
 

Au début des années 1960, Marshall McLuhan ne semble guère sensible à un quelconque sentiment d'enfermement ou d'emprisonnement ; il préfère se faire l'apôtre du village mondial, du village planétaire. En 1962, il écrit : « De toutes parts nous parvient l'information à vitesse accélérée, à vitesse électronique. On dirait que nous faisons partie d'un petit village mondial. »

Le village planètaire. © Tpsdave, CCO

Cinquante ans plus tard, force est de constater que le phénomène décrit par McLuhan n'a fait que s'accélérer et s'accroître, au point que nous souffririons plutôt d'un excès d'informations, voire d'une saturation de nos capacités à prêter attention.

La circulation aérienne en temps quasi-réel au-dessus de la région des Grands Lacs, disponible sur le site fbo. © Google

Le phénomène de la mondialisation

La mondialisation, puisque tel est son nom, n'est pas un phénomène nouveau : ses fondements que sont la soif de découvrir et d'accumuler des richesses, le désir de dominer, mais aussi la fascination pour le risque et l'esprit d'aventure sont intimement liés à l'histoire, voire à la nature de l'espèce humaine, toujours à la recherche de ce qu'elle appelle la fortune, la bonne fortune.

Porté par le progrès des techniques et des sciences, ce processus est toutefois marqué, en particulier entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, par une franche intensification des échanges et une vraie internationalisation de l'économie.

Avec la seconde guerre mondiale, ce phénomène prend une tournure nouvelle : sans renier les ressorts de la mondialisation et appuyé sur une intensification des sphères, des réseaux déjà existants, il profite de l'émergence de gigantesques groupes industriels et la constitution d'un marché des capitaux puissant et intégré. Intégré : c'est là sans doute le maître-mot de cette nouvelle forme de mondialisation qui invite à recourir à un nom différent, celui de globalisation.