La capsule Orion est prête pour ses essais de vide thermique

Classé sous :vols habités , Orion , Artemis

Le premier véhicule Orion est fin prêt pour ses essais. D'ici quelques jours, il débutera une phase critique avec le début de ses essais de vide thermique à l'intérieur de la plus grande chambre à vide thermique du monde. Celle de Plum Brook Station du Centre de recherche Glenn de la Nasa, située à Sandusky, Ohio.

À l'intérieur de cette chambre, seront recrées les conditions de vide ainsi que de températures froides et chaudes simulant le milieu spatial. La première phase, qui s'étalera sur 63 jours, sera consacrée aux tests thermiques. Au cours de cette phase, le véhicule, dont tous les systèmes électriques seront mis en marche, sera exposé à des températures comprises entre - 115 et 75 °C, afin de reproduire son comportement dans la lumière et dans l'ombre du soleil, durant son séjour dans l'espace.

Quant à la seconde phase, qui consiste en une série de tests de compatibilité électromagnétiques, elle durera environ 14 jours. Chaque composant électronique émet un champ électromagnétique pouvant affecter la performance des autres composants électroniques environnants. Ces essais doivent garantir le bon fonctionnement des systèmes électroniques du véhicule spatial.

À l'issue de cette campagne d'essais, Orion retournera au centre spatial Kennedy de la Nasa où seront réalisés d'autres tests et travaux de préparation en vue de son intégration au nouveau lanceur SLS (Space Launch System), avant le lancement d'Artemis I, prévu fin 2020. Il consistera en un vol d'essai inhabité autour de la Lune, suivant une trajectoire similaire à celle de la mission Apollo 8. Celle-ci qui ouvrira la voie à la première mission avec un équipage à bord (Artemis 2), puis à Artemis 3, celle-là même qui enverra deux astronautes américains, une femme et un homme, débarquer sur la Lune en 2024. 

Assemblage terminé pour la capsule Orion et son module de service. Le véhicule qui sera utilisé pour transporter des astronautes sur la Lune est ici vu dans ses installations du Centre spatial Kennedy de la Nasa. © Nasa, Rad Sinyak