Thomas Pesquet réclame une Europe spatiale indépendante

Classé sous :Sciences , Ariane 6 , Thomas Pesquet
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Collection des meilleurs clichés de Thomas Pesquet lors de la mission Alpha  La caméra est configurée pour prendre des photos à des intervalles de deux par seconde, et les photos sont ensuite montées dans cette vidéo qui passe à 25 images par seconde. La plupart des vidéos sont 12 fois plus rapides que la vitesse réelle. 

Il a réalisé deux missions : Alpha et Proxima. Mais Thomas Pesquet, comme tout astronaute européen, a toujours volé à bord d'un vaisseau étranger : le Soyouz russe ou le Crew Dragon de SpaceX. Aujourd'hui, il appelle à une unité européenne pour que le Vieux continent dispose d'une indépendance spatiale. Il précise que c'est le bon moment aujourd'hui. En effet, l'Agence spatiale européenne a désormais les yeux braqués sur la Lune en tant que partenaire du programme Artemis de la Nasa, et Thomas Pesquet espère pouvoir faire partie du voyage. Il n'est pas le seul, maintenant que la France vient de rejoindre les Accords d'Artemis tandis que l'ESA œuvre à fournir deux modules de la station Gateway.

Ce sujet prend de l'élan aujourd'hui et il est pourtant ancien. Déjà, dès les années 1980, un projet de vaisseau spatial européen était à l'étude : le projet Hermès. Ce vaisseau devait être lancé par la fusée Ariane 5. Aujourd'hui, seule la fusée reste. Thomas Pesquet rejoint ceux qui arguent qu'Ariane 6 pourrait lancer un futur vaisseau spatial européen à condition « de commencer à y travailler maintenant, car les cycles de développement sont longs. On ne souhaite pas que ça arrive d'ici 15-20 ans ». Du temps du projet Hermès, la France et l'Allemagne étaient divisées sur l'intérêt du projet. Mais Thomas Pesquet pense qu'aujourd'hui la guerre en Ukraine a unifié les Européens sur plusieurs sujets, et que c'est le moment de capitaliser sur le vol habité.

Étude d'une Ariane 6, dans sa version habitée avec à son bord une capsule de transport d'équipage. © Cnes
Thomas Pesquet à la Cité de l'Espace. Au milieu de son public, un vaisseau Soyouz. Il a volé dans un vaisseau de ce genre. Aujourd'hui, il souhaite pouvoir voler dans un vaisseau européen lancé par une fusée européenne, telle que l'Ariane 5 que l'on aperçoit en arrière-plan. © Daniel Chrétien, Futura Sciences