Illustration du trou noir supermassif Sagittarius A*. © ESA

Sciences

Le trou noir au centre de la Voie lactée est soudainement devenu plus brillant

ActualitéClassé sous :trou noir supermassif , trou noir , Trou noir du centre de la galaxie

Le trou noir supermassif en plein centre de la Voie lactée a eu un vif sursaut d'activité le 13 mai sans que les astronomes sachent comment cela a pu arriver.

Mais qu'est-il donc arrivé à Sagittarius A*, le trou noir de 4 millions de masses solaires qui règne au cœur de notre Galaxie, pour brusquement briller 75 fois plus que d'habitude ? Le 13 mai, des astronomes venus l'étudier à l'observatoire Keck n'en revenaient pas quand ils se sont installés devant leurs ordinateurs. Ils ne l'avaient jamais vu aussi brillant dans le proche infrarouge en plus de 20 ans d'observation. Et si cela se trouve, il rayonnait plus intensément encore avant que Tuan Do, de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), et son équipe ne commencent à le regarder.

Qu’est-ce qui a perturbé l’environnement de Sagittarius A* ?

Quelque chose est donc venu se frotter à l'horizon du trou noir supermassif pour provoquer cet éclat. Quelque chose que les chercheurs n'avaient pas anticipé. Pour l'instant, ils n'ont pas encore établi les causes précises de cet embrasement soudain, mais ils ont quand même un suspect dans leur viseur : S0-2, une étoile très proche de la gueule du monstre -- c'est sans doute son prochain « gros » déjeuner -- qui, il y a un an, flirtait à seulement 20 milliards de kilomètres de lui (17 heures-lumière, ce qui correspond à environ 120 fois la distance entre la Terre et le Soleil). Son approche a donc pu bousculer le flot de matière (gaz et poussière) qui arrive dans le disque d'accrétion. En somme, un effet retardé des perturbations gravitationnelles engendrées par son passage. Ou alors, c'est un autre scénario envisagé dans leur article à paraître dans The Astrophysical Journal Letters (disponible sur arXiv) : il s'agissait d'un lambeau de l'hypothétique nuage de poussière nommé G2 qui se serait déversé sur Sgr A*, cinq ans après l'avoir frôlé à 36 heures-lumière.

L'orbite elliptique de l'étoile S0-2 autour du trou noir supermassif au centre de la Voile lactée. © ESO, M. Kornmesser

Pour faire toute la lumière sur cette affaire, les astronomes ont hâte de regarder les données collectées à la même période et dans d'autres longueurs d'onde, par de grands observatoires comme Alma et Spitzer. On en saura plus bientôt.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Première image d’un trou noir supermassif : zoom sur l'environnement de M87*  Cette animation d’artiste représente un plongeon en direction d’un trou noir supermassif caché dans une bulle de gaz chaud. Il est entouré d’un disque d’accrétion où la matière est tellement chauffée qu’elle devient un plasma très lumineux à l’origine de jets de matière en relation avec la rotation d’un trou noir de Kerr. En l’occurrence ici il s’agit de M87*, le trou noir supermassif qui a livré la première image d’un tel objet en avril 2019 grâce aux membres de la collaboration Event Horizon Telescope (EHT).