S’appuyant sur des simulations informatiques, une équipe internationale de chercheurs présente l’oganesson, l’élément le plus lourd connu à ce jour, comme extrêmement étrange. © JEGAS RA, Fotolia

Sciences

L'oganesson, un gaz noble et hyperlourd au comportement étrange

ActualitéClassé sous :tableau périodique des éléments , Oganesson , tableau de Mendeleïev

L'« oganesson » : c'est ainsi que se nomme le tout dernier des éléments chimiques connus du tableau périodique. L'instabilité de ce gaz noble et hyperlourd rend toute observation approfondie extrêmement difficile. Une étude en dresse aujourd'hui un portrait des plus étranges.

Comment comprendre le comportement d'un élément chimique lorsque sa demi-vie n'excède pas le millième de seconde ? Grâce à la simulation informatique, répond une équipe internationale de chercheurs qui affirme aujourd'hui être en mesure de nous offrir un aperçu de la structure de l'oganesson (Og) — d'abord baptisé ununoctium —, le plus lourd des éléments connus.

Rappelons que, classiquement, les éléments chimiques sont composés d'un noyau (renfermant lui-même des protons et des neutrons) autour duquel orbitent des électrons. La mécanique quantique nous apprend plus exactement que ces électrons se concentrent dans certaines régions (de formes et d'énergies définies) qu'ils remplissent suivant des règles bien précises. Le tout place l'oganesson dans la catégorie des gaz nobles, comme le xénon ou le néon.

Mais les choses se compliquent lorsqu'il s'agit d'éléments lourds. En effet, au cœur des atomes superlourds, les électrons les plus éloignés se voient contraints de se déplacer à des vitesses relativistes pour éviter de tomber sur leur noyau. Mais il semblerait que l'oganesson soit tellement lourd qu'il lui soit impossible de s'organiser comme les autres éléments.

Sur la ligne du haut, la répartition des électrons selon des simulations basées sur la physique classique ; pas de différence marquée entre oganesson, radon et xénon. En revanche, les simulations tenant compte de la relativité donnent, sur la ligne du bas, des résultats bien différents. Pour l’oganesson, la distribution des électrons apparaît plus homogène. © P. Jerabek et al.

Des caractéristiques hors du commun

Première conclusion de l'étude, donc : pas de couches d'électrons bien organisées dans l'oganesson, mais plutôt une sorte de nébuleuse. Cette organisation permettrait aux atomes d'oganesson (contrairement à ce qui se passe pour ceux d'autres gaz nobles) :

  • d'échanger facilement des électrons avec leur environnement et, ainsi, d'être chimiquement réactifs ;
  • de s'agglomérer en un solide à température ambiante. 

Les autres conclusions des travaux de l'équipe portent sur le noyau des atomes d'oganesson :

  • Le noyau d'oganesson comptant un nombre impressionnant de 118 protons, une bulle de quelques-uns de ceux-ci pourrait se former en son cœur ;
  • Les neutrons, quant à eux, semblent ne pas s'organiser en anneaux bien définis.

Pour l'heure, ces résultats, bien qu'importants, restent encore de l'ordre de la prédiction théorique. Une installation destinée à produire des éléments superlourds est en construction dans un laboratoire de Doubna (Russie). Elle pourrait bien mettre ces théories à l'épreuve de l'expérience.

  • L’oganesson est un élément hyperlourd, classé dans la catégorie des gaz nobles.
  • À ce jour, seuls quelques atomes d’oganesson ont été produits ; ceux-ci ont été conservés pendant un temps infime tant l’élément est instable.
  • Seules les simulations informatiques semblent, pour l’heure, à même d’en dresser un portrait.
  • Selon les conclusions d’une étude internationale, la structure même de l’oganesson serait totalement inédite.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La nucléosynthèse, ou comment les étoiles fabriquent des atomes  Stefano Panebianco, ingénieur de recherche au CEA, nous parle de l’astrophysique nucléaire des étoiles. Ces gigantesques réacteurs naturels à fusion thermonucléaire produisent de futurs noyaux d'atomes à partir de l’hydrogène et de l’hélium. Le plus souvent, la fabrication s'arrête au fer, le plus stable. Mais au-delà, pour des noyaux plus lourds, certains mystères subsistent.