Sciences

La "valléetronique", une nouvelle électronique permise par le laser ?

ActualitéClassé sous :physique , électronique , spintronique

Des chercheurs du MIT ont réussi, à l'aide de simples lasers, à manipuler une nouvelle caractéristique des électrons pour concevoir des dispositifs non pas électroniques, ni spintroniques, mais « valléetroniques ».

Grâce à une impulsion laser classique, des chercheurs sont parvenus à manipuler une caractéristique des électrons habituellement inexploitée : la répartition de leur énergie en fonction de leur moment, dessinant une vallée. De quoi créer une nouvelle électronique... © Nasa

L'électronique classique compte sur une propriété essentielle de la particule élémentaire qu'est l'électron pour faire fonctionner nos ordinateurs, smartphones et autres tablettes : sa charge électrique. Mais l'électron présente d'autres caractéristiques que celle d'être une particule chargée. Maîtrisées, ces caractéristiques pourraient, elles aussi, servir à stocker et à transporter de l'information. Une équipe de chercheurs américains, majoritairement issus du Massachusetts Institute of Technology (MIT), vient justement d'annoncer avoir réussi à en contrôler une.

Les scientifiques avaient déjà étudié la possibilité d'exploiter une propriété quantique de l'électron : son spin. En appliquant un champ magnétique, il est en effet possible d'orienter à volonté les spins des électrons. Les dispositifs ainsi créés sont désignés par le terme de « dispositifs spintroniques ».

Les chercheurs du MIT se sont intéressés à une caractéristique différente. En effet, les valeurs des énergies que peut adopter un électron suivent une courbe bien définie. Dans certains matériaux, le tracé de l'énergie des électrons en fonction de leur moment présente deux anomalies appelées vallée, ou valleys en anglais. D'où le nom de « valléetronique », ou valleytronique, associé à cette nouvelle approche. Les électrons, qui ont une tendance naturelle à s'installer sur les niveaux d'énergie les plus bas, sont donc localisés de façon aléatoire au fond de l'une ou de l'autre de ces deux vallées. Soumises à certaines perturbations, ces vallées peuvent cependant voir leur profondeur varier. Les électrons auront alors tendance à se concentrer sur la plus profonde d'entre elles et coderont alors l'information pour 0 ou pour 1.

(a) Structure hexagonale d’une monocouche de disulfure de tungstène. En noir, les atomes de tungstène et en jaune, les atomes de soufre. Les liens entre chaque paire d’atomes de soufre et de tungstène sont à l’origine de la création des vallées d'énergie observées. (b) Structure vue du dessus. © 3113Ian (Wikipedia)

Une impulsion laser pour faire varier l'énergie

L'idée n'est pas nouvelle puisque, les spécialistes le savent, la profondeur des vallées peut être modifiée, tout comme le spin, par application d'un champ magnétique. Le souci vient de ce que, pour obtenir ne serait-ce qu'une infime modification des énergies des vallées, il faudrait appliquer un champ magnétique d'une intensité de plusieurs centaines de teslas, bien difficile à mettre en œuvre. À titre de comparaison, les champs que l'on utilise dans le secteur de l'imagerie médicale atteignent à peine les six teslas. Les chercheurs du MIT ont donc exploré une autre piste. Selon eux, une variation d'énergie bien plus importante peut être obtenue à l'aide d'une impulsion laser relativement classique mais présentant une polarisation particulière.

L'équipe a d'ores et déjà pu vérifier ses hypothèses sur du disulfure de tungstène (WS2). Ce matériau fait partie de la classe des métaux de transition dichalcogènes, les TMD. Ceux-ci sont formés de trois couches atomiques : une couche d'un métal de transition est prise en sandwich entre deux couches d'un calchogène. La nature bidimensionnelle de ce type de matériau ainsi que sa résistance mécanique en fait un bons candidat pour l'élaboration de systèmes valléetroniques flexibles. En outre, le disulfure de tungstène peut être utilisé pour concevoir aussi bien des dispositifs électroniques que spintroniques. De quoi envisager le développement de systèmes particulièrement performants puisqu'ils exploiteraient en même temps et indépendamment trois propriétés des électrons : leur charge, leur spin et leurs vallées.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi