Sciences

Des monopôles magnétiques effectifs observés au microscope

ActualitéClassé sous :physique , Nature , glace de spin

Une équipe de chercheurs de l'institut Paul Scherrer et de l'University College de Dublin a réussi à observer, grâce à une technique de microscopie, des monopôles magnétiques similaires aux véritables charges élémentaires postulées par Paul Dirac au siècle dernier.

Image c : les zones sombres correspondent aux endroits où le sens d’aimantation a été inversé. © PSI

Remontez presque 80 ans en arrière, peu après la découverte des principes de la théorie quantique. L'un de ceux qui les a le mieux compris est un jeune Anglais du nom de Paul Dirac. Profondément convaincu par la nécessité de l'élégance mathématique des lois de la physique, il s'interroge en 1931 sur une curieuse dissymétrie dans les équations de Maxwell décrivant les phénomènes électromagnétiques.

Alors qu'il existait des charges électriques élémentaires positives et négatives (donc des monopôles électriques), on ne rencontre ordinairement dans la nature que des dipôles magnétiques, comme les aimants. Pourquoi n'existerait-il pas aussi des pôles magnétiques séparés, des monopôles magnétiques, donc ?

Paul Dirac, le génie de la mécanique quantique

Cette dissymétrie est encore plus nette lorsque l'on écrit les équations de Maxwell sous une forme exhibant l'existence de l'espace-temps de la relativité restreinte. Grand maître de l'unification de cette théorie d'Einstein avec la mécanique quantique, Dirac découvre alors qu'il est tout à fait possible d'introduire des charges magnétiques élémentaires, mais uniquement si toutes les charges électriques sont des multiples entiers de la charge élémentaire de l'électron (voir la vidéo sur Paul Dirac).

Il s'agit là d'un résultat foncièrement quantique, donc à priori réservé aux mondes de l'atome et des particules élémentaires. Pourtant, on a découvert il y a peu que des analogues des monopôles de Dirac existaient bel et bien dans des matériaux magnétiques connus sous le nom de glace de spin.

Des monopôles magnétiques comme défauts dans un matériau

Tout récemment, des chercheurs de l'institut Paul Scherrer (PSI) et de l'University College de Dublin, ont trouvé à nouveaux des monopôles magnétiques dans ce genre de matériau, mais un matériau cette fois-ci formé d'un réseau Kagomé de nano-aimants. Ces réseaux à la structure de nids d'abeilles ne leur sont cependant pas identiques.

La performance des physiciens est d'autant plus intéressante qu'ils ont réussi à obtenir des images de ces monopoles magnétiques effectifs et de leur « corde de Dirac » associée. Pour cela, ils ont utilisé le rayonnement synchrotron dans le domaine des rayons X de la source de Lumière suisse synchrotron (SLS) pour faire de la PEEM (PhotoEmission Electron Microscopy).

Représentation schématique des monopôles magnétiques dans un réseau Kagomé de nano-aimants. Les flèches indiquent dans quelle direction les différents aimants sont attirés. Pointe de la flèche : pôle nord, bas de la flèche : pôle sud. Le pôle nord correspond à une charge magnétique positive et le pôle sud, à une charge négative. Situation initiale : tous les aimants sont aimantés dans la même direction, bien que d'orientations différentes. © PSI/E. Mengotti

Les nano-aimants formant le réseau Kagomé ont environ 500 nanomètres de longueur et 150 nanomètres de largeur. Ils sont disposés selon un modèle hexagonal où chaque nano-aimant en touche deux autres à son extrémité. Au niveau des points de jonction, il existe alternativement deux pôles nord et un pôle sud ou deux pôles sud et un pôle nord.  En raison de la similitude avec la disposition des atomes d'oxygène et d'hydrogène dans la glace d'eau, on nomme cette structure une « glace de spin artificielle ».

Le sens d’aimantation d’un nano-aimant a été modifié : deux défauts par rapport à la disposition initiale sont apparus aux deux extrémités. © PSI/E. Mengotti

La disposition des nano-aimants peut être modifiée par des champs magnétiques extérieurs et des défauts dans l'orientation régulière de ces aimants peuvent apparaître. Comme ces défauts sont susceptibles de se déplacer, ils sont comme des particules en mouvement, douées de propriétés spécifiques.

Ces défauts se comportent à la manière de monopôles magnétiques libres. On voit naître une « corde de Dirac ». © PSI/E. Mengotti

Tout se passe alors comme si une paire de monopôles magnétiques effectifs prenait naissance dans ce matériau quasi bidimensionnel. On peut le comparer à une file de voitures également espacées, dans laquelle une place vacante a été laissée. Elle pourra être déplacée arbitrairement loin dans la file en bougeant les voitures.

De façon intéressante, l'analogue de la « corde de Dirac » apparaît également dans ce matériau magnétique. Il s'agit en fait d'une construction mathématique trop complexe pour être abordée ici mais qui, physiquement, peut en partie se voir comme une région où  se trouverait un solénoïde infiniment fin reliant les deux monopôles. Ces derniers seraient alors les zones d'où émerge le flux de champ magnétique généré par le solénoïde.

D’autres aimants ont vu leur orientation changer : les monopôles se sont éloignés les uns des autres, mais se sont liés à partir d’aimants retournés par le biais d’une « corde de Dirac ». © PSI/E. Mengotti

La physicienne Elena Mengotti, qui a effectué la majeure partie des expériences, nous explique que dans le cas de la glace de spin étudiée : « Les deux monopôles restent toujours liés par un chemin unidimensionnel d'aimants sur lesquels le pôle nord de l'un de ces aimants touche le pôle sud du suivant pour former ainsi la corde de Dirac ».

Les monopôles au microscope PEEM

En bombardant le réseau Kagomé de nano-aimants avec des rayons X, des électrons sont émis qui peuvent être collectés pour former des images. C'est le principe de la PEEM. Sur ces images, on peut clairement voir l'apparition de paires de monopôles magnétiques, les « cordes de Dirac » les reliant, et leurs mouvements au cours du temps.

Image a : paires de monopôles magnétiques obtenues grâce à la technique de microscopie électronique de PEEM (PhotoEmission Electron Microscopy), les images ci-dessous (b puis c) montrent des zones sombres qui correspondent aux endroits où le sens d’aimantation a été inversé. Ici, toujours en PEEM, aucun monopôle n'est encore visible. © PSI
Image b : à nouveau, les zones sombres correspondent aux endroits où le sens d’aimantation a été inversé. On voit en haut à gauche deux monopôles liés par une « corde de Dirac ». © PSI

Indépendamment de son intérêt intrinsèque, cette nouvelle observation de monopôles magnétiques en physique de la matière condensée pourrait avoir des applications dans les mémoires magnétiques de demain. Que donnerait aussi une électronique basée non plus sur des courants de charges électriques mais des courants de charges magnétiques ?

Retrouvez plus de détails sur la découverte des physiciens dans l'article de la revue Nature.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi