Construit par Lockheed Martin, l'atterrisseur InSight doit se poser à la surface de Mars pour étudier son sous-sol, notamment à l’aide d’un sismomètre fourni par le Cnes, SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure). Il est vu ici, retourné, avec les trois jambes repliées, à l'intérieur de son bouclier thermique. © Nasa, JPL-Caltech / Lockheed Martin

Sciences

Atterrisseur martien InSight : le bouclier thermique se dévoile

ActualitéClassé sous :insight , Exploration robotique , Nasa

L'atterrisseur InSight, qui s'envolera vers Mars au début de l'an prochain pour étudier le sous-sol martien, en est aux essais. Pour s'assurer que ce lancement et le voyage se passeront bien, la sonde, bien emmitouflée dans son bouclier thermique, s'apprête à subir un essai de vibrations. C'est l'occasion de regarder à quoi ressemble ce bouclier...

À six mois du lancement de la mission InSight, de la Nasa, les essais de l'atterrisseur s'accélèrent. Cet engin d'environ 350 kg, qui se tiendra immobile sur le sol, sera le premier à étudier la géologie de la Planète rouge. Son nom signifie d'ailleurs Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport, soit, en français, Exploration interne par les sondages sismiques, la géodésie et les flux thermiques. Il sera lancé en mars 2016 depuis Cap Canaveral par une fusée Atlas 5.

Il embarque un sismomètre - une première pour Mars -, une sonde thermomètre pour mesurer la température jusqu'à 5 m de profondeur, un bras articulé, une caméra et un instrument radio pour, grâce à des communications avec la Terre, mesurer très précisément les variations de l'orbite de la planète.

Le cône avant du bouclier thermique d'Insight (ici au-dessus) se referme sur l'atterrisseur, bien installé dans le cône arrière. © Nasa, JPL, Lockheed Martin

Au printemps 2015, la Nasa, avec Lockheed Martin, le constructeur de l'engin, a réalisé des essais dits environnementaux, dont celui du vide thermique. De tels tests permettent de s'assurer du bon fonctionnement de l'engin lors de son voyage interplanétaire et durant son travail sur la surface de Mars.

Récemment, ce sont les essais de vibrations qui ont été réalisés. Ils avaient pour but de vérifier que la structure et les équipements d'InSight supporteront l'environnement vibratoire extrême du lancement par la fusée Atlas 5.

Le bouclier thermique d'InSight avec, au premier plan, le cône avant, celui qui sera exposé aux plus fortes températures lors de l'entrée dans l'atmosphère martienne. © Nasa, JPL, Lockheed Martin

La traversée de l'atmosphère terrestre dure peu de temps mais, à cause de ces vibrations énormes, c'est une phase éprouvante pour tout ce qui se trouve à bord. Les astronautes en témoignent régulièrement. Pour les charges utiles, satellites ou sondes spatiales, il en est de même et il est impératif de s'assurer au préalable de leur résistance à ce traitement de choc.

C'est pourquoi cet essai est réalisé dans la configuration du lancement. L'atterrisseur est ainsi placé à l'intérieur de son bouclier thermique qui se compose d'un cône arrière (backshell) et d'un cône avant heatshield), celui qui sera exposé aux plus fortes températures lors de l'entrée dans l'atmosphère martienne.

La sonde InSight lors de son essai de vide thermique réalisé en mai 2015. © Nasa, JPL, Lockheed Martin
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi