Constructeur, notamment, des sondes martiennes MRO et Maven, Lockheed Martin présente son nouveau projet de missions habitées à destination de Mars. Très différent de celui de SpaceX, il prévoit le retour sur Terre des premiers explorateurs ainsi qu'une base en orbite autour de la planète. Plus crédible ?
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Voyage vers Mars : l'Homme y survivrait-il ? Un vol habité vers Mars comporte évidemment des enjeux techniques, mais aussi des enjeux socianull

SpaceXSpaceX n'est pas la seule société qui étudie des scénarios de missions habitées vers Mars. Lockheed Martin, acteur historique du secteur spatial américain et partenaire de longue date de la NasaNasa, a également un projet de mission habitée à destination de Mars. Ce projet, Mars base camp, sorte d'avant-poste en orbiteorbite autour de Mars, a été présenté lors du sommet Humains vers Mars qui s'était tenu à Washington en mars 2016.

Depuis cet orbiteur, il serait possible de réaliser une multitude d'activités et d'observations. Ainsi l'équipage pourra diriger quasiment en temps réel les robotsrobots martiens alors que, depuis la TerreTerre, le délai varie de 3 à 21 minutes. Les astronautesastronautes pourraient repérer des sites d'atterrissage possibles, récolter des échantillons sur Mars et s'aventurer à proximité de DeimosDeimos et Phobos, les deux satellites naturels de Mars. Enfin, cet avant-poste servira de point de départ pour les premiers humains qui fouleront le sol martien.

Lors du 68e congrès international d'astronautiqueastronautique qui vient de se tenir dans la ville d'Adélaïde, en Australie, la société a présenté une nouvelle mouture de l'architecture de son projet, avec l'ajout d'un système de transport capable de réaliser jusqu'à six allers-retours entre la surface de Mars et l'orbite. À chaque rotation, quatre astronautes pourraient descendre sur Mars et y séjourner deux ou trois semaines. Ce MADV (Mars Ascent/Descent Vehicle) atterrira et décollera à la verticale, la faible atmosphèreatmosphère martienne compliquant beaucoup la réalisation d'un avion, sans compter la difficulté de réaliser une piste, qui devrait être très longue.

Concept de véhicule de liaison entre le sol martien et la base en orbite autour de la Planète rouge. © Lockheed Martin

Concept de véhicule de liaison entre le sol martien et la base en orbite autour de la Planète rouge. © Lockheed Martin

Une économie spatiale de l’eau

La station en orbite et le MADV fonctionneront tous les deux avec un mélange d'oxygèneoxygène et d'hydrogènehydrogène liquides. Le choix de l'hydrogène comme carburant, plutôt que le méthane, peut surprendre. Le méthane liquide, plus facile à stocker, a par exemple été choisi par SpaceX pour son futur ITS (Interplanetary Transport System). Mais pour Lockheed Martin, l'exploration du Système solaireSystème solaire s'accompagnera nécessairement de l'utilisation des ressources spatiales, notamment l'eau extraite de la LuneLune ou des astéroïdesastéroïdes. Elle ne sera pas seulement utilisée pour la consommation humaine mais aussi pour la production d'oxygène et d'hydrogène, utilisés comme ergolsergols. Le développement de cette économie de l'eau est l'une des raisons pour lesquelles la société a choisi l'hydrogène liquide et non le méthane pour ses systèmes de propulsion.

Plus surprenant encore, Lockheed Martin souhaite que cette eau spatiale soit fournie par des sociétés privées. Si les premières missions utiliseront de l'eau probablement venue de la Terre, le développement d'un service commercial de fourniture d'eau, produite grâce à des matériaux extraits d'astéroïdes, de la surface de Mars ou, idéalement, des lunes de Mars, est encouragé. Cette production spatiale, évitant l'énorme consommation d'énergieénergie pour l'arracher à la gravitégravité terrestre, représenterait une opportunité de réduction importante du coût de l'exploration durable du système solaire.

Le saviez-vous ?

L'architecture de ce camp de base martien correspond aux concepts étudiés par la Nasa et l’Agence spatiale européenne d’un avant-poste lunaire pour l'exploration habitée qui pourrait être installé sur une orbite « cislunaire » d'ici quelques années. Or, scientifiques et responsables d'agences se font à l'idée que la conquête de Mars, plutôt que de partir de la Terre, s'organisera depuis une base lunaire.

Il pourrait donc très bien servir un temps autour de la Lune, de façon à démontrer l'intérêt et la faisabilité technique de l'utiliser en orbite autour de Mars avant de l'envoyer à destination de la Planète rouge.