Arrêt du nucléaire : quand le principe de précaution tue. © zhangyang135769, Adobe Stock

Sciences

Fukushima : la hausse du prix de l'électricité a tué, les radiations, ça reste à voir

ActualitéClassé sous :énergie , principe de précaution , accident nucléaire de Fukushima

-

En 2011, le Japon a instauré un moratoire complet sur toutes les centrales nucléaires du pays. En conséquence, les prix de l'électricité ont tellement augmenté que de nombreuses personnes ont renoncé à se chauffer, ce qui a entraîné une surmortalité de 1.280 personnes, soit dix fois le nombre de décès potentiellement attribuables un jour aux radiations. C'est le constat d'une nouvelle étude mettant en cause le principe de précaution appliqué de manière excessive.

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre de magnitude 9 suivi d'un tsunami dévaste le Japon, causant la mort de 18.500 personnes et l'évacuation de 160.000 autres. À la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, dont le système de refroidissement est mis hors-service, trois des six réacteurs voient leur cœur entrer en fusion, entraînant une explosion et des rejets radioactifs dans l'atmosphère. Classé comme la plus grave catastrophe nucléaire du XXIe siècle, cet accident n'a pourtant officiellement causé la mort que d’une seule personne par exposition trop forte aux radiations, celle d'un employé de la centrale atteint par un cancer du poumon. Une étude de l’université de Stanford estime cependant que 130 décès pourraient un jour être attribués à l'exposition directe aux radiations ou à l'ingestion de nourriture contaminée.

Jusqu’à 4.500 personnes mortes de froid en raison de l’augmentation des prix de l’électricité

Mais ce n'est là que la partie immergée de l'iceberg. Trois chercheurs viennent de publier une étude dans le journal du NBER (Bureau national d'études économiques) accusant le principe de précaution d'avoir tué 1.280 personnes « mortes de froid » suite à l'augmentation des prix de l'électricité ayant suivi l'arrêt total des centrales nucléaires dans le pays. Dans les 14 mois après l'accident, la part du nucléaire dans la production électrique du Japon est ainsi passée de 30 % à zéro, obligeant le pays à massivement importer son électricité sous forme de gaz et de charbon. Cela a entraîné une hausse moyenne des prix de l'électricité allant jusqu'à 38 % dans certaines régions, conduisant à une réduction de consommation électrique, particulièrement dans la période hivernale. Les personnes fragilisées ont tout simplement renoncé à se chauffer.

1.280 personnes sont mortes de froid au Japon durant les quatre années après l’accident de Fukushima à cause de l’augmentation des prix de l’électricité. © Pantira, Adobe Stock

Un quart des décès dus au froid serait ainsi attribuable à la hausse des prix, soit 1.280 décès pour la période 2011-2014, d'après les calculs des chercheurs. Et encore, ces 1.280 morts ne représentent que les 21 municipalités étudiées dans l'article, soit 28 % de la population. En extrapolant à l'ensemble du Japon, le chiffre pourrait atteindre 4.500 morts. Et les effets sont loin d'être finis, les conséquences de la hausse des prix continuant à se faire sentir, avertissent les auteurs.

Les prix de l’électricité ont augmenté jusqu’à 38 % dans certaines régions suite à l’accident du Fukushima et l’arrêt des centrales nucléaires. © Matthew J. Neidell, Shinsuke Uchida, Marcella Veronesi, NBER, 2019

Évacuations et qualité de l’air : encore plus de morts indirectes ?

À ces 1.280 morts viennent s'ajouter les 2.268 décès « indirects » officiellement attribués à l'évacuation autour de la centrale ayant suivi l'accident. Ces décès, qui concernent à 90 % des plus de 66 ans, comprennent notamment « le stress physique et mental » de l'habitation prolongée dans des refuges, un défaut de soin lié à la fermeture des hôpitaux et les suicides. D'autres décès indirects de l'arrêt du nucléaire pourraient venir de la hausse spectaculaire de la consommation des énergies fossiles dans le pays, avec une dégradation de la qualité de l’air. Une étude parue dans Nature Energy en 2017 montre ainsi que l'arrêt de la centrale nucléaire de Three Mile Island aux États-unis en 1979 a entraîné une surmortalité infantile dans les années 1980 en raison d'une augmentation de la pollution aux particules fines due à la substitution d'une centrale à charbon pour la production électrique.

« Tout cela suggère que l'arrêt de la production d'énergie nucléaire a contribué à plus de décès que l'accident lui-même [...], ce qui donne à penser que l'application du principe de précaution a causé plus de tort que de bien, concluent les chercheurs. Le principe de précaution met l'accent sur les évènements saillants en envisageant le pire des scénarios et, ce faisant, ignore les alternatives, encourageant la mise en place de politiques inefficaces. »

  • Un seul mort dû aux radiations a été officiellement attribué à l’accident de la centrale de Fukushima, même si les estimations vont jusqu’à 130 décès.
  • En comparaison, dix fois plus de personnes seraient mortes de froid en raison de la hausse des prix de l’électricité due à l’arrêt du nucléaire dans le pays.
  • Les auteurs de l’étude fustigent le principe de précaution, qui amène selon eux à des politiques contre-productives.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi