Depuis son passage au plus près du Soleil le 3 juillet, la comète Neowise nous a émerveillés cet été tandis qu’elle défilait dans le ciel du matin puis du soir. La voici à présent dévoilée dans sa région la plus active par le célèbre télescope spatial Hubble.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce qu'une comète ? D’où viennent-elles ? Combien sont-elles ? Leur nom vient du grec komêtês signifiant « chevelunull

Cela faisait plus de deux décennies, depuis la fameuse Hale-Bopp en 1997, qu'il n'y avait pas eu d'aussi belle et brillante comètecomète visible dans le ciel de l'hémisphère nordhémisphère nord. C/2020 F3 Neowise, plus connue sous son surnom de comète Neowise, a tenu toutes ses promesses cet été 2020, jusque début août. C'est la comète de l'année, voire même de la décennie. Du moins pour l'instant.

Et nous étions nombreux, courant juillet, à suivre son triomphe, tandis qu'elle défilait dans la Grande OurseGrande Ourse, entre ses pattes, nombreux a jubilé de « l'attraper » enfin à travers une paire de jumelles ou une lunette. Spectacle inoubliable d'un astreastre éthéré qui étire deux longues queues à travers l'espace, une fourchue et l'autre plus droite (bien que perturbée par le vent solairevent solaire) à l'opposé du SoleilSoleil.

Bien que n'on puisse plus l'admirer en cette fin août, la comète étant désormais bien trop éloignée de la TerreTerre (plus de 210 millions de kilomètres actuellement contre 103 millions de kilomètres, le 23 juillet, au plus près de la Terre), le télescope spatial Hubbletélescope spatial Hubble nous console avec ce superbe portrait inédit en haute résolutionrésolution.

La région photographiée par Hubble s'étend sur 18.000 kilomètres. Des jets opposés partant du noyau de la comète sont visibles. © Nasa, ESA, A. Pagan (STScI), Q. Zhang (Caltech)
La région photographiée par Hubble s'étend sur 18.000 kilomètres. Des jets opposés partant du noyau de la comète sont visibles. © Nasa, ESA, A. Pagan (STScI), Q. Zhang (Caltech)

Percer les secrets des comètes

Le 8 août dernier, l'équipe de Qicheng Zhang, de Caltech, a saisi l'occasion d'en apprendre plus sur cette vagabonde venue des confins du Système solaireSystème solaire, en choisissant Neowise pour cible. « Cette résolution est essentielle pour voir des détails très proches du noyau, explique le chercheur qui a mené ces observations. Il nous permet de voir les changements dans la poussière juste après son extraction de ce noyau en raison de la chaleurchaleur solaire, et d'échantillonner la poussière au plus près de ses propriétés d'origine ».

Comme ses glaces renferment des secrets -- à l'instar de toutes les comètes --, à savoir les ingrédients présents lors de la formation des planètes, c'est donc un véritable Graal pour les astronomesastronomes qui veulent connaître tous les détails de ce qui s'est passé il y a de 4,6 milliards d'années.

Pour l'instant, les données collectées sur ses gazgaz et les poussières éjectés par l'astre glacé sont passées au crible par les chercheurs. Nous en saurons plus ces prochaines semaines.

Sur cette animation, on peut voir l'activité de la comète Neowise, le 8 août dernier. © Nasa, ESA, Q. Zhang (California Institute of Technology), A. Pagan (STScI), M. Kornmesser

Que nous montre cette photo d’Hubble ?

On peut bien s'appeler Hubble et être un célèbre et puissant télescope, au regardregard perçant, le cœur d'une comète active comme Neowise ne se dévoile pas dans ces conditions. Le déluge de gaz et de poussière relâché par l'astre chauffé par le Soleil nous brouille en effet irrémédiablement la vue. Impossible donc de voir ou même entrapercevoir le moindre de traits ou reliefs, ni sa silhouette, de ce noyau d'une taille estimée à 4,8 kilomètres.

Ce qu'on découvre ici avant tout, c'est sa chevelure. La nébuleusenébuleuse de sa chevelure. La photo d'Hubble encadre un espace de quelque 18.000 kilomètres atour du noyau, nous donnant à voir des détails qui nous à tous échapper, nous, observateurs terrestres à l'affût de la comète ces dernières semaines. On distingue ici des jets de gaz et de poussière, produit directement d'éruptions à l'intérieur du corps glacé.

Voir aussi

Les plus belles images de la comète Neowise

C'est la première fois qu'Hubble fait un portrait en haute résolution d'une comète aussi brillante, vante la NasaNasa, rappelant au passage q'une tentative avait été faite quelques semaines auparavant avec la très prometteuse comète Atlas, laquelle, malheureusement, s'est brisée en morceaux. Son noyau, à l'instar de beaucoup de comètes, n'ayant pas résisté aux forces du Soleil.

Ce qui n'a pas l'airair d'être le cas de Neowise, tout indique qu'elle sort indemne de sa plongée dans la région la plus chaude du Système solaire. C'est une bonne nouvelle, car nous pourrons l'admirer de nouveau à son retour, lors de son prochain passage qui aura lieu dans un peu moins de 7.000 ans.