Hybride, l’Ampaire 337 est doté à la fois d’un moteur thermique et un autre électrique. Il repose sur une configuration de type « pull-push » et une cellule de Cessna 337 Skymaster. © Ampaire

Sciences

Le premier vol d'un avion hybride en images

ActualitéClassé sous :avion , Faradair , avion hybride

L'Ampaire 337 a volé pour la première fois avec un pilote d'essai et un mécanicien navigant dans le cockpit. Après la première utilisation de ce prototype, Ampaire prévoit de poursuivre les essais en vol de l'avion de juin à août pour recueillir des données sur les performances de ses systèmes à propulsion électrique.

Voici le premier envol de l'avion hybride doté de la plus grande capacité d'emport. L'Ampaire 337 a décollé jeudi 6 juin de l'aéroport de Camarillo, en Californie, avec à son bord un pilote d'essai et un mécanicien dans le cockpit. Le design de l'avion n'a rien de spectaculaire, il s'agit simplement du Cessna 337 Skymaster produit depuis le début des années 60.

L'avion est capable de transporter six personnes et a la particularité d'être de type « push-pull ». Il dispose d'un moteur à l'avant pour la traction et d'un autre à l'arrière en propulsion. Cette configuration a l'avantage de réduire la traînée aérodynamique par rapport aux doubles motorisations classiques.

Autre atout, avec la même puissance, la vitesse de croisière est plus élevée avec une consommation réduite. Basée à Los Angeles, aux États-Unis, la société Ampaire a donc repris le principe en remplaçant le moteur propulsif par un électrique animé par des batteries allégées au maximum.

L'Ampaire 337 a réalisé son premier vol avec succès. L'avion hybride est le premier appareil à voler, pouvant transporter jusqu'à six personnes. © Ampaire

Opérationnel en 2021

Airbus avait déjà mis au point un biplace électrique avec l'E-Fan et compte également électrifier un avion de course monoplace, mais il s'agit dans les deux cas d'avions très légers et qui ne se destinent pas au transport de passagers. Dans le cas de l'Ampaire 337, la motorisation hybride permet de conserver les performances de l'appareil et l'emport de passagers avec, en bénéfice, une consommation en carburant réduite.

En revanche, contrairement à une configuration classique, le poids des batteries reste identique. Pour le moment, Ampaire n'a pas livré d'informations sur l'autonomie de l'appareil. On peut supposer que les batteries électriques de l'appareil sont rechargées par le moteur thermique durant le vol.

La firme va poursuivre ses essais en vol durant ce mois de juin et jusqu'en août pour collecter le maximum de données de vol. Elle a l'ambition de commercialiser l'Ampaire 337 d'ici deux ans, ce qui ne semble pas irréaliste étant donné la configuration d'un tel appareil. De son côté, Faradair, avec son concept d'avion hybride triplan, n'est pas près de quitter le sol.

Pour en savoir plus

Avion hybride : Faradair annonce le premier vol commercial pour 2025

Le Britannique Faradair compte commercialiser à l'horizon 2025 son BEHA-M1H, un avion de ligne à motorisation hybride reposant sur le principe du triplan.

Par Louis Neveu, le 28/03/2019

C'est un avionneur qui n'a encore pas trop fait parler de lui dans le secteur de l'aviation hybride. Et pourtant, le Britannique Faradair sera peut-être le concepteur de l'un des avions de transport les plus écologiques du monde. La firme vient de dévoiler un projet d'avion de ligne baptisé BEHA-M1H qui devrait prendre son envol dès 2025. Constitué d'un matériau composite à base de fibres de carbone, l'appareil reprendra le principe du triplan, c'est-à-dire trois paires d'ailes placées les unes au-dessus des autres. On retrouve ce principe sur le Fokker Dr.I, l'avion du Baron rouge Manfred von Richthofen durant la première guerre mondiale.

Alors que ce type de configuration est habituellement réputé pour accroître la traînée, le constructeur explique que le triplan permettra d'augmenter la portance pour décoller et se poser sur des pistes très courtes (moins de 300 mètres).  

Hybride et silencieux

Côté propulsion, l'appareil sera propulsé par deux hélices contrarotatives placées à l'arrière de l'appareil. Un carénage est censé réduire le bruit au décollage à moins de 60 décibels. Un niveau de son très faible par rapport à un jet. La propulsion se fera de façon électrique au décollage et lors de l'atterrissage. Durant le voyage, un moteur biodiesel à turbopropulseur de 1.600 ch prendra la relève. C'est pendant cette phase de vol que les batteries seront rechargées. Un supplément d'énergie sera produit par un revêtement solaire placé sur l'aile supérieure.

L'autre atout de l'appareil, c'est qu'il sera modulable et polyvalent. Il aura une capacité de transport de cinq tonnes de fret dans trois containers, ou de 18 sièges pour les passagers. Selon Faradair, pour transformer l'avion de ligne en cargo, il ne faudra que 15 minutes au personnel au sol. L'appareil pourrait servir comme navette régulière sur des court-courriers, au transport de marchandise ou à la formation. La firme annonce qu'elle vient d'ouvrir le carnet de commandes et que ses premiers prototypes décolleront d'ici 2022.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi