Alors que la sonde américaine Lunar Reconnaissance Orbiter poursuit ses orbites autour de notre satellite, la Nasa vient de publier en images le bilan du premier semestre de la mission.
Cela vous intéressera aussi

En juin 2009 la NasaNasa retournait vers la LuneLune avec l'envoi de deux sondes. La première, LCross (pour Lunar Crater Observation and Sensing Satellite), a effectué une mission kamikaze en s'écrasant sur la Lune le 9 octobre 2009 pour y révéler la présence d'eau. La seconde, LRO, s'est placée en orbite polaire basse. Sa mission d'au moins un an consiste à cartographier le sol lunaire. A cinquante kilomètres d'altitude, elle peut ainsi étudier les reliefs avec une très grande précision, s'offrant même le luxe de retrouver les sites des missions Apollo !

Au-delà de ses exploits photographiques soigneusement médiatisés par la Nasa, LRO est avant tout une mission scientifique destinée à rechercher les gisementsgisements d'eau sous forme de glace dans les régions lunaires qui ne reçoivent jamais la lumièrelumière solaire, principalement le fond des vallées et des cratères polaires.

Cette carte topographique de la Lune a été obtenue à partir des données fournies par l'altimètre radar de la sonde LRO. Crédit Nasa/GSFC/MIT

Cette carte topographique de la Lune a été obtenue à partir des données fournies par l'altimètre radar de la sonde LRO. Crédit Nasa/GSFC/MIT

A la recherche de l'eau

Plusieurs instruments de la sonde sont donc conçus dans ce but : un radiomètreradiomètre (DLRE, pour Diviner Lunar Radiometer) qui recherche l'eau liquideliquide en profondeur, ainsi que deux appareils en quête d'hydrogènehydrogène, Lamp (Lyman Alpha Mapping Project) et Lend (Lunar Exploration NeutronNeutron Detector).

Le site du Planetary Data System (PDS) présente le travail réalisé par la sonde pendant le second semestre 2009. Cet archivage en ligne met à disposition de la communauté scientifique les mesures de la sonde. Mais le grand public n'est pas oublié. Sur la page de son site consacré à LRO, la Nasa propose notamment une galerie des principales images et analyses réalisées par la sonde.

On y découvre par exemple un survolsurvol du pôle sud, la carte topographique de la Lune dans sa totalité, des images permettant de localiser les régions lunaires susceptibles d'abriter de l'eau ou de la glace ainsi que des vues radar montrant des zones lunaires habituellement invisibles car en permanence dans l'ombre. Bref, un riche aperçu des six premiers mois de la mission.