Sciences

Météorite de Murchison : elle nous renseigne sur la naissance du Soleil

ActualitéClassé sous :Astronomie , Philipp R. Heck , météorite

Déjà célèbre pour sa collection d'acides aminés, la météorite de Murchison vient de livrer une nouvelle donnée sur la formation de la nébuleuse protosolaire. Les poussières qui la constituaient ont flotté dans l'espace interstellaire pendant un temps bien plus court qu'on ne l'imaginait.

Dans la main de Philipp R. Heck, un échantillon de la célèbre météorite d'Allende, semblable à celle de Murchison. Crédit : Dan Dry

Tombée le 28 septembre 1969 près du village de Murchison en Australie, à une centaine de kilomètres au nord de Melbourne, la célèbre météorite qui porte le nom de ce village n'est pas seulement une mine d'or pour les exobiologistes. En effet, la météorite de Murchison ne fait pas qu'embarquer des acides aminés soutenant l'hypothèse d'un apport primitif en composés prébiotiques sur la jeune Terre par le bombardement météoritique de l'Hadéen, elle contient aussi des grains présolaires.

Tout comme sa cousine, Allende, la météorite de Murchison est une chondrite carbonée, ce qui fait d'elle une mémoire précieuse des conditions physico-chimiques qui régnaient dans la nébuleuse protosolaire.

Philipp R. Heck devant le spectromètre de masse du Chicago Center for Cosmochemistry. Crédit : Dan Dry

Si l'on sait s'y prendre, l'analyse des isotopes contenus dans les grains et les poussières incorporés dans une météorite peut la rendre très bavarde. C'est bien ce que démontrent une fois de plus les travaux de Philipp R. Heck et ses collègues. A l'aide du spectromètre de masse du Chicago Center for Cosmochemistry, les chercheurs ont déterminé la concentration d'atomes de néon et d'hélium dans 22 grains présolaires contenus dans la météorite de Murchison.

Une supernova à l'origine du Soleil

Ces concentrations sont importantes à connaître car sous l'action des rayons cosmiques parcourant la Galaxie, et dont on sait estimer le flux, elles se modifient à l'intérieur des grains de poussière et évoluent en fonction du temps de vie passé dans le milieu interstellaire. De cette manière, on peut estimer le temps écoulé entre la formation d'un grain de poussière dans l'atmosphère d'une géante en fin de vie et son incorporation dans une météorite à l'intérieur d'un disque protoplanétaire en formation.

Philipp R. Heck étudiant les résultats des analyses fournies par le spectromètre de masse. Crédit : Dan Dry

Les modèles des cosmochimistes et des astrophysiciens conduisaient à un temps de résidence moyen de 500 millions d'années. Mais ce n'est pas ce que Heck et ses collègues ont trouvé..

17 des grains présolaires n'étaient visiblement restés dans le milieu interstellaire que quelques millions d'années à 200 millions d'années tout au plus. Ce résultat est riche d'enseignements sur la formation de notre système solaire.

Il semble bien compatible avec l'hypothèse d'une supernova ayant accéléré l'effondrement d'un petit nuage moléculaire il y a plus de 4,56 milliards d'années. Une période d'intense formation d'étoiles l'ayant précédé expliquerait la dispersion trouvée dans les temps de résidence dans le milieu interstellaire des grains de la météorite de Murchison.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi