Sciences

Au cœur de la Pivoine, l'étoile médaille d'argent de la luminosité

ActualitéClassé sous :Astronomie , Wolf-Rayet , Eta Carina

WR 102ka, ou plus prosaïquement, étoile de la Nébuleuse de la Pivoine : c'est le nom scientifique de la deuxième étoile de la Voie Lactée pour la luminosité, après Eta Carina. Cette valeur exceptionnelle, et quelque peu paradoxale, vient d'être déterminée par le télescope spatial Spitzer.

Un zoom sur le centre de la Galaxie avec à l'intérieur du cercle jaune, WR 102ka.

Comme son nom l'indique, WR 102ka est une étoile très chaude du type Wolf-Rayet, le genre d'étoile instable qui finit sa vie en supernova. Les astronomes connaissaient son existence depuis un certain nombre d'années mais ce n'est qu'avec les instruments de Spitzer, et du NNT de l'ESO au Chili, que sa véritable luminosité a pu être mesurée.

Localisée en direction de la constellation du Sagittaire, à une distance d'approximativement 26.000 années-lumière, l'étoile de la Nébuleuse de la Pivoine réside très près du centre de la Voie Lactée, dans une région riche en poussière et en gaz. Il a fallu attendre le regard perçant et infrarouge de Spitzer pour s'affranchir de la forte absorption dans le visible résultant de cet environnement et qui avait conduit à sous-estimer sa véritable luminosité.

Les chiffres viennent de tomber, avec un diamètre d'au moins 100 fois celui du Soleil et une masse initiale à la limite de celle autorisée par les théories d'Eddington, la luminosité de WR 102ka est estimée à 3,2 millions de fois celle du Soleil. Le chiffre n'est pas très éloigné des 4,7 millions du record de la Voie Lactée, détenu par une autre étoile de Wolf-Rayet, la célèbre Eta Carina, dans la constellation de la Carène. D'ailleurs, compte tenu des incertitudes des mesures, il n'est pas exclu que la première place ne revienne en fait à WR 102ka.

Le nom de Nébuleuse de la Pivoine a été donné à l'enveloppe de matière éjectée par l'étoile par les vents stellaires, pouvant atteindre une vitesse de 1,6 million de kilomètres par heure. La forme de cette nébuleuse ressemble en effet à celle de la pivoine.

Un astre qui flirte avec les limites

Cette étoile rend les astrophysiciens perplexes. A sa naissance, avec sa masse initiale, sa luminosité devait dangereusement approcher celle d'Eddington, c'est-à-dire celle où la pression de radiation lumineuse causée par les réactions thermonucléaires au cœur de l'étoile devient si forte que l'étoile en est littéralement soufflée !

Ensuite, avec une masse comprise entre 150 et 200 masses solaires, un nuage moléculaire initial s'effondre le plus souvent en formant par fragmentation non pas une mais plutôt deux étoiles, voire plus. A double titre donc, l'existence de WR 102ka est presque paradoxale.

Tout comme les astrophysiciens étudient de près Eta Carina, avec par exemple le dispositif Amber, l'étoile de la Nébuleuse de la Pivoine va certainement faire l'objet d'une analyse plus approfondie dans le futur car, tout comme Eta Carina, elle est susceptible de se transformer en supernova d'un instant à l'autre, ce qui devrait sûrement advenir dans quelques millions d'années d'après les astrophysiciens.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi