Depuis que l’on surveille les astéroïdes géocroiseurs, jamais un corps aussi gros n'est passé aussi près de la Terre. Portrait de 2012 DA 14, qui nous rend visite le 15 février.
Cela vous intéressera aussi

Même si la fin du monde n'est plus d'actualité depuis le 21 décembre 2012, les astéroïdes géocroiseurs (les NEO, Near-Earth Objects) existent toujours et passent régulièrement près de la TerreTerre. Comme le rappelle l'astrophysicien Jean-Pierre Luminet, il y a déjà eu quelques rencontres violentes entre notre planète et certains de ces cailloux venus de l'espace. Le 30 juin 1908, par exemple, un bloc d'environ 20 m de diamètre s'est désintégré dans l'atmosphèreatmosphère au-dessus de la Toungouska, en Sibérie centrale, dégageant une énergieénergie équivalente à 1.000 fois celle de la bombe d'Hiroshima. Si l'érosion efface peu à peu les traces d'impacts passés, le Meteor Crater, en Arizona (1,5 km de diamètre pour 200 m de profondeur), est toujours là pour nous rappeler ce que peut produire la rencontre avec un bloc de 50 m de diamètre.

C'est approximativement la taille qu'on attribue à 2012 DA 14, un astéroïde découvert le 23 février 2012 à l'observatoire astronomique de Majorque (OAM). Il passera le 15 février à moins de 28.000 km de nous et à une vitessevitesse de 8 km/s. Selon Don Yeomans, directeur du programme de suivi des astéroïdesastéroïdes à la NasaNasa, c'est un record. Depuis que l'on traque les astéroïdes géocroiseursgéocroiseurs, jamais un corps aussi gros n'était passé aussi près de la Terre.

Le 15 février 2013, l'astéroïde 2012 DA 14 s'approchera à moins de 28.000 km de la Terre, un phénomène sans danger si ce n'est, peut-être, pour les satellites géostationnaires, puisqu'il passera à l'intérieur de leur orbite. © Nasa

Le 15 février 2013, l'astéroïde 2012 DA 14 s'approchera à moins de 28.000 km de la Terre, un phénomène sans danger si ce n'est, peut-être, pour les satellites géostationnaires, puisqu'il passera à l'intérieur de leur orbite. © Nasa

Mobilisation pour un survol sans danger

Ces dernières années, plusieurs astéroïdes se sont aventurés très près de nous. On pense par exemple à 2011 MD qui nous a rendu visite il y a deux ans, à seulement 12.300 km ; 2004 FU 162 qui est passé à 6.535 km de là, en mars 2004 ; 2008 TS 26 qui a presque frôlé notre planète, à 6.150 km, en octobre 2008. À chaque fois, il s'agissait de rochers de quelques mètres de diamètre, beaucoup plus petits que 2012 DA 14 et sa cinquantaine de mètres. En passant à 27.700 km, 2012 DA 14 sera sans danger pour nous mais sa trajectoire passera tout de même à l'intérieur de l'orbiteorbite des satellites géostationnaires. Les astronomesastronomes ont alors prévu d'utiliser différents instruments pour étudier cet astéroïde, comme le radar de Goldstone (2012 DA 14 n'étant pas visible pour le radiotélescoperadiotélescope d'Arecibo) dont l'antenne de 70 m de diamètre devrait permettre de préciser les caractéristiques physiquesphysiques et la trajectoire future de l'astéroïde.

Lorsqu'il commencera à être observable en France, dans la soirée du 15 février, 2012 DA 14 sera à la magnitudemagnitude 7 (trop faible pour être observable à l'œilœil nu) puis faiblira rapidement en raison de son éloignement (magnitude 11, à minuit). Bien qu'il soit à la portée de petits télescopes, cet astéroïde sera difficile à suivre du fait de son déplacement : il parcourra le ciel à raison d'un degré chaque minute, le double du diamètre apparent de la Pleine Lune. Un défi que devraient tenter de relever un certain nombre d'astronomes amateurs...