Sciences

Fin de la mission Topex-Poséidon

ActualitéClassé sous :Astronautique , satellite altimétrique Topex-Poséidon , Jason-1

La mission du satellite altimétrique Topex-Poséidon touche à sa fin. Après 13 années sur orbite à étudier les phénomènes océaniques, le satellite franco-américain cède la place à son successeur, Jason-1. Topex-Poséidon aura collecté une somme considérable de données et marqué une avancée significative dans le domaine de l'altimétrie.

C'est à Topex-Poséidon que nous devons les premières étude du phénomène El Niño/La Niña

Fruit d'une collaboration exemplaire entre la NASA et le CNES, le satellite d'observation de la Terre Topex-Poséidon s'inscrit dans un vaste programme à long terme d'observation et de surveillance des océans. Lancé en août 1992 par une Ariane 4, Topex-Poséidon a depuis fourni sans discontinuité une carte globale des océans tous les dix jours. Les données acquises ont permis d'engranger une riche moisson de résultats, et ainsi, de découvrir ou d'approfondir notre connaissance de nombreux phénomènes océaniques.

Initialement, Topex-Poséidon devait fonctionner seulement 5 années. Mais devant la qualité des observations et le bon fonctionnement de ses charges utiles et techniques, la mission a pu être prolongée plusieurs fois. Mais, un incident technique, survenu en octobre 2005, a fait perdre au satellite ses capacités de manœuvre sur orbite, l'empêchant d'acquérir des données scientifiques. Devant l'impossibilité à le réparer, le CNES et la NASA ont été contraints d'abandonner la mission, 13 ans et plus de 60 000 orbites après sa mise à poste.

Aujourd'hui, Jason-1 s'inscrit dans la continuité de Topex-Poséidon. Lancé le 7 décembre 2001, ses instruments scientifiques ont été développés en tenant compte des résultats scientifiques de Topex-Poséidon ; les deux satellites EOS ont d'ailleurs travaillé en tandem. Jason -1 fournit ainsi aux utilisateurs des mesures de hauteur et d'état de mer disponibles presque immédiatement.

Une avancée majeure en altimétrie

Topex-Poséidon marque un tournant capital dans l'étude des mouvements océaniques. La durée exceptionnelle de cette mission et la masse de données collectées ont grandement contribué au développement de l'altimétrie spatiale.

Les données recueillies ont, entre autres, permis l'étude du niveau de la mer, du rôle des marées et des variations des courants océaniques. En 1997-1998, Topex-Poséidon a notamment permis d'étudier pour la première fois le phénomène El Niño/La Niña. Le satellite a observé très tôt les premères manifestations du phénomène : la propagation d'une bosse d'eau chaude, surélevée de 20 à 30 cm par rapport au reste de l'océan.

Topex-Poséidon a également contribué à la compréhension de l'implication des océans dans le système climatique. Sans oublier l'aide précieuse apportée au développement de modèles d'étude du fonctionnement des océans. « Ces séries de données nous ont permis de beaucoup mieux comprendre et prévoir les variations de la dynamique des océans et leur impact sur l'environnement à l'échelle de la planète. » précise le Dr Y.Ménard, responsable scientifique de Topex-Poséidon au CNES.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi